En Corée du Nord a lieu ce dimanche matin le marathon de Pyongyang, l'un des rares événements sportifs où les étrangers sont invités, dans un pays considéré comme le plus fermé du monde. L'événement, haut en couleurs, sert aussi la propagande... et les finances du régime.

Les coureurs du marathon passent par les monuments les plus démesurés de la capitale nord-coréenne
Les coureurs du marathon passent par les monuments les plus démesurés de la capitale nord-coréenne © AFP / Kim Won Jin

C'est l'un des rares événements de Corée du Nord, considéré comme l'un des pays les plus fermés du monde, à être ouvert aux participants étrangers : ce dimanche a lieu le marathon de Pyongyang. Des milliers de coureurs nord-coréens et plusieurs centaines de marathoniens étrangers amateurs se sont élancés à 9h, heure locale, à travers les rues de la capitale nord-coréenne.

Le marathon de Pyongyang est considéré comme le plus surréaliste de la planète : les coureurs s'élancent sous les applaudissements de 50 000 spectateurs réunis dans un parc Kim Il-Sung bondé. Le parcours les fait ensuite passer devant les monuments les plus rutilants de Pyongyang : l'Arc de Triomphe, la place Kim Il-Sung, la toute nouvelle "avenue des scientifiques". 

Les coureurs s’élancent depuis le stade Kim Il-Sung
Les coureurs s’élancent depuis le stade Kim Il-Sung © AFP / Kim Won Jin

Descendus dans la rue, des dizaines de milliers de Pyongyangois agitent des fleurs, encouragent les étrangers, et leur tapent dans la main. La course fait partie des célébrations organisées à l'occasion de l'anniversaire du fondateur du régime, Kim Il-Sung, surnommé le "soleil du XXe siècle". La participation de centaines d'étrangers témoigne des nouvelles ambitions de la Corée du Nord, qui veut développer le tourisme pour obtenir des devises. Devises qui lui sont nécessaires : le pays est asphyxié par les sanctions. 

Ainsi, venir à Pyongyang coûte, au départ de Pékin, entre 500 et 1 700 euros selon les programmes. Après la mort en 2017 d'un touriste américain détenu par le régime, le nombre de coureurs étrangers avait été divisé par deux en 2018 : seuls 450 occidentaux s'étaient inscrits. Cette année, ils sont 950.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.