Les deux hommes sont récompensés pour leurs travaux en physique quantique, et en particulier "leurs méthodes expérimentales novatrices qui permettent la mesure et la manipulation des systèmes quantiques individuels sans les détruire" .

"Les lauréats ont ouvert la voie à une nouvelle ère d'expérimentations dans la physique quantique" , ajoute le communiqué officiel. En 2008, Serge Haroche, 68 ans, avait avec son collègue Jean-Michel Raimond réussi à observer le passage du quantique à la physique classique sur un petit paquet de photons (des grains de lumière). Ils avaient utilisé un dispositif astucieux (une cavité tapisée de miroirs), capable de piéger très longtemps les photons, en plus d'une méthode d'observation permettant de ne pas trop les perturber. Le phénomène, appelé décohérence, s'est ainsi déroulé sous leurs yeux.

Contacté par le comité, le chercheur français a expliqué avoir "du mal à réaliser" qu'il est désormais Prix Nobel."J'étais dans la rue, passant à côté d'un banc, j'ai pu m'asseoir immédiatement."

Comme Serge Haroche, David Wineland, 68 ans également, a travaillé dans le domaine de l'optique quantique, étudiant "l'interaction fondamentale entre la lumière et la matière" .

Les expériences des deux hommes ouvrent la voie à des ordinateurs surpuissants et des horlorges d'une extrême précision. Contrairement à la physique classique, la physique quantique est souvent inconcevable en termes d'applications concrètes, même si elle est parfaitement logique sur le papier.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.