Le pape François à la tribune des Nations Unies, à New York
Le pape François à la tribune des Nations Unies, à New York © corbis

Entre discours aux Nations Unies et passage au mémorial du 11-Septembre, François a fait de sa première visite aux Etats-Unis un symbole. Deux jours pour saluer la diversité culturelle et plaider pour la réconciliation des peuples.

A 78 ans, il n'avait jamais mis les pieds dans la plus grande ville des Etats-Unis, c'est désormais chose faite. En deux jours à New York, le très médiatique pape François aura enchaîné les moments d'émotions, les standing ovations et les appels à la paix.

Le programme du Pape était très chargé. Mathilde Imberty a suivi son déplacement.

François a visité une école catholique de Harlem, quartier noir et hispanique. face aux élèves, il a évoqué la lutte du pasteur Martin Luther King : ""Il a dit un jour: j'ai fait un rêve. Son rêve était que beaucoup d'enfants aient les mêmes chances. (...) Aujourd'hui nous voulons continuer à rêver, ne pas perdre l'espoir d'un monde meilleur avec de meilleures opportunités."

Un peu plus tôt, dans Central Park, 80.000 personnes, tirées au sort, ont eu l'occasion d'acclamer le pontife lors de son passage en papamobile.

Son séjour new-yorkais s'est achevé avec une messe géante au Madison Square Garden, devant 20.000 personnes.

Premier discours à l'ONU

Dans la matinée de vendredi, François a prononcé un discours à la tribune des Nations Unies, face aux dirigeants du monde entier. Représentant 1,2 milliards de catholiques, il a rappelé les thèmes qui lui sont chers : "la crise écologique qui peut mettre en péril l'existence même de l'humanité", l'appel à un système économique plus juste. Il a aussi demandé aux chefs d'Etat et de gouvernement d'assurer à leur peuple un "minimum absolu (...) logement, travail et terre", ainsi que sur "le plan spirituel, la liberté de pensée, qui comprend la liberté religieuse, le droit à l'éducation, notamment des filles, et les autres droits civiques". Son discours lui a valu une première standing ovation.

Le passage le plus émouvant de sa visite aura sans doute été sur le mémorial du 11-Septembre. Dans le musée sous-terrain, à l'endroit où se dressait les tours du World Trade Center, François a rappelé son message :

Face à toute tentative uniformisatrice, il est possible et nécessaire de nous réunir à partir des différentes langues, cultures, religions, et d'élever la voix contre tout ce qui veut l'empêcher.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.