Le pape François durant le conférence de presse durant le vol Séoul Rome
Le pape François durant le conférence de presse durant le vol Séoul Rome © MAXPPP/Yonhap News Agency

Face aux dangers pesant sur les chrétiens et d'autres minorités menacées par l'EI, le pape François a appelé lundi à une action collective de l'ONU pour "stopper l'agression injuste". Le pape est même disponible pour se rendre en Irak, si nécessaire.

Dans l'avion qui le ramenait de Corée du sud, à l'issue de son premier voyage en Asie, le souverain pontife argentin a répondu aux questions tous azimuts de journalistes y compris sur l'éventualité d'une démission si les forces l'abandonnaient et même sa propre mort.

François a d'abord été interrogé sur les frappes américaines visant des cibles de l'Etat islamique (EI) dans le nord de l'Irak :

Dans le cas où il y a une agression injuste, il est licite de stopper l'agresseur injuste. Je souligne le verbe : stopper, je ne dis pas bombarder ni faire la guerre.

Mais une seule nation ne peut juger comment arrêter cette agression, a ajouté le pape, dans une critique implicite des frappes américaines. François souhaite que ce soient les Nations unies, qui dècretent s'il " y a un agresseur injuste, comment nous allons 'arrêter". Nouvelle critique implicite des Etats-Unis :

Tant de fois aussi, sous prétexte d'arrêter la guerre, l'agresseur injuste, les puissances se sont imposées aux peuples et ont mené de vraies guerres de conquête.

Le pape a surpris ses interlocuteurs en se disant "disponible" pour se rendre en Irak à la rencontre des réfugiés.

Anaïs Feuga était dans l'avion

Le supérieur des dominicains plaide pour un déploiement militaire en Irak

Le 14 août, dans une lettre ouverte, Bruno Cdoret, le "patron" des dominicains, a appellé à une action militaire en Irak. le pape, lui, a bien précisé "stopper, je ne dis pas bombarder ni faire la guerre".

IIl y a-t-il vision différente de la situation entre le pape et cet autre autorité morale de l'Eglise ?

La réponse de Michel Lachenaud, prieur des dominicains de France, invité du journal de 13h

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.