Message du Pape à l'Europe sur les migrants
Message du Pape à l'Europe sur les migrants © Reuters / Osservatore romano

Le pape François a appelé ce vendredi les Européens "aujourd'hui plus que jamais, à construire des ponts et à abattre des murs", à l'image des pères fondateurs de l'Union européenne, en recevant le prix Charlemagne au Vatican. "Les projets des Pères fondateurs de l'Union hérauts de la paix et prophètes de l'avenir, ne sont pas dépassés", a-t-il lancé en adressant un vibrant plaidoyer pour l'Europe dans son discours.

François a fustigé une Europe "fatiguée" et repliée sur elle-même et a appelé ses dirigeants à ne pas considérer les migrants comme des délinquants.

Un prix pour la construction européenne

Le chef de l'Eglise catholique s'exprimait au Vatican où une cérémonie était organisée pour lui remettre le prix Charlemagne, attribué chaque année par la ville d'Aix-la-Chapelle aux personnes qui ont le plus contribué aux idéaux de la construction européenne. Les précédents lauréats sont François Mitterrand, Tony Blair, Angela Merkel, Jean-Claude Junker ou encore Simone Veil et Jacques Delors. Le pape Jean Paul 2 avait reçu un prix Charlemagne extraordinaire en 2004. François est le deuxième à le recevoir.

Que t'est-il arrivé, Europe humaniste, paladin des droits de l'homme, de la démocratie et de la liberté ? Que t'est-il arrivé, Europe, terre de poètes, de philosophes, d'artistes, de musiciens, d'hommes de lettres ?", a lancé le souverain pontife devant la chancelière allemande Angela Merkel et d'autresdirigeants d'institutions européennes. "Que t'est-il arrivé, Europe mère de peuples et de nations, mère de grands hommes et de grandes femmes qui ont su défendre et donner leur vie pour la dignité de leurs frères ?", s'est interrogé le pape.

Le rêve de François : une Europe où être migrant n'est pas un délit!

François a évoqué une Europe fatiguée et vieillie, stérile et sans vitalité, une Europe en déclin , en train de se retrancher au lieu de privilégier des actions qui promeuvent de nouveaux dynamismes dans la société.

Je rêve d'une Europe qui prend soin de l'enfant, qui secourt comme un frère le pauvre et celui qui arrive en recherche d'accueil parce qu'il n'a plus rien et demande un refuge. (...) Je rêve d'une Europe où être migrant ne soit pas un délit", a déclaré le pape.

La route des migrants
La route des migrants © Radio France / Visactu

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a rappelé que le pape était revenu de Grèce le mois dernier avec trois familles de réfugiés syriens. "Quand vous prenez douze réfugiés syriens, en proportion de lapopulation du Vatican, c'est plus que pour aucun Etat membre de l'Union européenne", a-il dit.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.