le pape françois demande pardon pour le mal commis par les prêtres pédophiles
le pape françois demande pardon pour le mal commis par les prêtres pédophiles © reuters

Le pape demande pardon pour le mal commis par les prêtres pédophilesLe pape François a demandé publiquement pardon vendredi pour la première fois de son pontificat pour les abus sexuels commis par des prêtres sur des enfants.

Lors d'une audience avec des représentants du Bureau international catholique de l'enfance, le chef de l'Eglisecatholique s'est dit "obligé de (se) battre personnellement, de demander personnellement pardon pour tout le mal que certains prêtres - un très petit nombre, incomparable avec la totalitédes prêtres - ont commis en abusant sexuellement d'enfants". "L'Eglise a conscience de ces dégâts, de ces dégâts personnels et moraux causés par des hommes d'Eglise, et nous ne reculerons pas d'un pas en ce qui concerne la manière dont nous traiterons ce problème et les sanctions qui devront être imposées", a-t-il poursuivi, selon une transcription de son discours fournie par Radio-Vatican.

Bien au contraire, nous devons être encore plus forts. Parce qu'on ne peut pas toucher à des enfants.

Jamais depuis son élection sur le trône de Saint-Pierre, en mars 2013, le pape n'avait usé de mots aussi forts sur ce sujet explosif pour l'Eglise catholique. Il a constitué en mars une commission pontificale pour la protection des mineurs, chargée d'aider l'Eglise à lutter contre les abus commis. Elle est composée de religieux, dont le cardinal Sean Patrick O'Malley, archevêque de Boston engagé dans la protection de l'enfance, et de laïcs, dont l'Irlandaise Marie Collins, victime, enfant, d'abus sexuels de la part d'un prêtre qu'elle a porté devant la justice en 1997, et la pédopsychiatre française Catherine Bonnet. Des groupes de victimes de prêtres pédophiles l'ont cependant critiqué pour ne pas avoir adopté une positionsuffisamment ferme sur cette question. Ils lui reprochent aussi de ne pas avoir reçu de victimes d'abus sexuels en Italie ou lors de son déplacement au Brésil, en juillet 2013.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.