Le pape François et Mahmoud Abbas au Vatican
Le pape François et Mahmoud Abbas au Vatican © Reuters

François célèbre dimanche matin une messe sur la place Saint-Pierre, au cours de laquelle quatre religieuses dont deux palestiniennes seront canonisées. Invité d'honneur, le président palestinien Mahmoud Abbas, qualifié par le pape "d'ange de paix".

C'est devant une importante délégation internationale que la cérémonie va se dérouler ce dimanche matin. Il faut dire que cette canonisation est éminemment symbolique : deux des (futures) saintes étaient des chrétiennes, mais aussi et surtout des palestiniennes.

Une double canonisation qui a plusieurs sens, Sébastien Laugénie

1'16

Cette canonisation est vécue comme un encouragement pour les chrétiens d'Orient.

Leur canonisation était l'occasion pour le Vatican de prendre à nouveau position pour une pacification des relations entre Israël et la Palestine, quelques jours après avoir reconnu l'État de Palestine.

Le pape dans son rôle diplomatique

La veille, le pape François a ainsi reçu le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Une réception particulièrement amicale, puisque le souverain pontife n'a pas hésité à qualifier son invité "d'ange de la paix" , avant d'appeler avec lui à "combattre le terrorisme" et à privilégier "le dialogue inter-religieux". Ils ont également affirmé leur "grande satisfaction" après un accord trouvé mercredi sur les droits de l'Église catholique dans les territoires, 15 ans après le début des négociations.

L'année dernière, le pape avait également tenté de rapprocher les deux voisins ennemis , en invitant Mahmoud Abbas et Shimon Peres, le président israélien, à une prière pour la paix dans les jardins du Vatican.

C'était peu de temps avant l'opération "Bordure protectrice" d'Israël en Palestine, qui a fait près de 2 000 morts en quelques semaines.

Une nouvelle sainte française

Parmi les quatre religieuses canonisées ce dimanche matin, on trouvait également une Italienne et une Française. Cette dernière est la fondatrice de l'ordre des Soeurs bleues de Castres, Jeanne-Émilie de Villeneuve. Son père était d'ailleurs maire de la ville.

Une Toulousaine qui a consacré sa vie aux pauvres, Xavier Sartre

1'23

L'histoire de Jeanne-Émilie de Villeneuve

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.