Après Jean Paul  II en 1998 et Benoît XVI en 2012, c'est la troisième fois qu'un pape visite Cuba en 17 ans
Après Jean Paul II en 1998 et Benoît XVI en 2012, c'est la troisième fois qu'un pape visite Cuba en 17 ans © MaxPPP

Le pape François est attendu samedi à Cuba pour une visite historique de trois jours. Elle devrait consacrer plusieurs décennies d'efforts de rapprochement du régime castriste avec l'Eglise catholique et le monde extérieur.

Pour son dixième voyage à l’étranger, le pape François s’est aménagé un programme dense. Et des ambitions larges. Le premier pape latino de l’histoire est ainsi attendu à Cuba ce samedi vers 16h heure locale pour consacrer plusieurs décennies d’efforts de rapprochement du régime castriste avec l’Eglise catholique et le monde extérieur. Après Jean Paul II en 1998 et Benoît XVI en 2012, c'est la troisième fois qu'un pape visite Cuba en 17 ans.

Quid des dissidents ?

Si l’accueil réservé à François s’annonce particulièrement enthousiaste, certaines voix critiques s’élèvent déjà pour déplorer qu'avec la réconciliation entre l'Eglise et le régime castriste, les dissidents ne soient plus aussi écoutés. Le pape ne prévoit en effet pas de les recevoir séparément. Par ailleurs, malgré l'amnistie annoncée qui concerne plus de 3.500 détenus, certains soulignent la persistance de difficultés au niveau des droits des institutions catholiques, notamment des écoles.

Rencontre avec Raul et Fidel Castro

Le souverain pontife doit célébrer la messe à La Havane dimanche sur la place de la révolution, un premier grand rendez-vous avec la foule, avant de rencontrer le président Raul Castro. Une entrevue avec Fidel Castro pourrait avoir lieu dans la foulée. Ces trois jours sur l’île ne sont qu’une première étape : le pontife argentin doit ensuite se rendre à Washington, New York puis Philadelphie. Vendredi, les Etats-Unis ont annoncé un nouvel allégement des restrictions commerciales et de voyages pesant sur l’ile.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.