Le pape François lors du Chemin de Croix au Colisée à Rome
Le pape François lors du Chemin de Croix au Colisée à Rome © Reuters

Lors du traditionnel Chemin de croix au Colisée, vendredi à Rome, le pape François a dénoncé "la conscience insensible et anesthésiée" de l'Europe vis-à-vis des migrants et la trahison des prêtres pédophiles qui "dépouillent les innocents de leur dignité".

Lors d'une prière au Colisée, pour le traditionnel Chemin de croix du Vendredi Saint, le pape François s'est exprimé sur plusieurs sujets d'actualité, l'occasion de prises de position fortes.

Le drame des migrants

Pour le souverain pontife, la Méditerranée et la Mer Egée sont devenues "un cimetière insatiable, image de notre conscience insensible et anesthésiée ". Il a renouvelé son appel aux pays de l'Union européenne à accueillir dignement des centaines de milliers de demandeurs d'asile et immigrés.

Ô Croix du Christ, nous te voyons aujourd'hui dans les visages des enfants, des femmes et des personnes, épuisés et apeurés qui fuient les guerres et les violences et ne trouvent souvent que la mort et tant de Pilate aux mains lavées, a martelé le pape.

Le pape condamne la pédophilie dans le clergé

Autre sujet de cette prière pascale, les scandales de pédophilie. Le pape a dénoncé les prêtres pédophiles qui "dépoullent les innocents de leur dignité".

Les prêtres qui s'en sont rendus coupables sont des traîtres à l'Eglise

Le reportage de Mathilde Imberty :

Le pape est revenu sur les attentats djihadistes en Afrique, au Moyen Orient et en Europe, en dénonçant "les fondamentalismes et le terrorisme des adeptes de certaines religions qui profanent le nom de Dieu

et l'utilisent pour justifier leurs violences inouïes".

Le pape a aussi vivement critiqué la conception de la laïcité de certains pays occidentaux qui interdisent l'expression de la foi et de signes religieux comme les crucifix dans les espaces publics. Certains veulent "enlever" Jésus "des lieux publics et l'exclure de la vie publique, au nom de quelque paganisme laïc ou même au nom de l'égalité que Jésus nous a lui-même enseignée", a-t-il dit.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.