Manifestations après la mort d'un bébé, brulé dans l'incendie de sa maison par des extrémistes israëliens
Manifestations après la mort d'un bébé, brulé dans l'incendie de sa maison par des extrémistes israëliens © REUTERS/Mohamad Torokman

Saad Dawabsheh, le père du petit garçon de dix-huit mois mort dans l'attaque de la maison familiale le 31 juillet à Douma, un village de Cisjordanie, par des extrémistes juifs a succombé à ses brûlures tôt ce samedi matin matin.

C'est toute la famille qui a été très grièvement atteinte lors de l'incendie de leur petite maison de Douma, dans laquelle des hommes masqués ont lancé des cocktails Molotov. Si le bébé de 18 mois et le père de famille sont décédés, Riham Dawabsheh, la mère de 26 ans, est quasiment entièrement brûlée au troisième degré et toujours hospitalisée en Israël dans un état critique. L'autre fils du couple, âgé de quatre ans, entame une lente convalescence.

L'incendie criminel, qualifié d'acte terroriste par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, a été imputé à des extrémistes juifs. Ils ont d'ailleurs signé leur acte en inscrivant "Vengeance" et "Prix à payer", la signature habituelle des colons et activistes de l'extrême droite israélienne. Pour la première fois depuis des années, les autorités ont placé un extrémiste en détention administrative. Meïr Ettinger est soupçonné d'être l'un des inspirateurs des récentes violences de l'extrémisme juif, mais aucun des responsable directs de l'attaque de Douma n'a été arrêtés.

A Jérusalem, la correspondance de Nicolas Ropert

Le Hamas appelle à de nouvelles représailles

Les funérailles sont prévues dans la journée à Douma. La mort d'Ali le 31 juillet, avait été suivie de plusieurs jours d'affrontements entre Palestiniens, soldats et colons israéliens à travers la Cisjordanie. Vendredi, de nouvelles violences ont également eu lieu à Gaza, l'aviation israélienne ayant mené un raid en représailles à un tir de roquette. Et le décès de son père intervient au lendemain de la journée hebdomadaire de manifestation, qui dégénère souvent en heurts dans les Territoires palestiniens.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.