Avec des vents à plus de 295 km/h, Dorian est devenu dimanche soir l'ouragan le plus violent jamais enregistré dans le nord-ouest des Bahamas. Avant lui, d'autres ouragans se sont distingués par leur intensité, les dommages provoqués ou encore leur longévité.

Image satellite de l'ouragan Dorian à l'approche des Bahamas, dimanche 1er septembre.
Image satellite de l'ouragan Dorian à l'approche des Bahamas, dimanche 1er septembre. © AFP / HO / NOAA/RAMMB

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, ils sont affublés de prénoms : John, Maria, Mitch, Rita, ou encore Camille. Autant de phénomènes régulièrement dévastateurs, qui défraient la chronique tantôt par leur puissance, leur bilan meurtrier ou encore leur longévité. Passage en revue des ouragans, cyclones et typhons (le nom utilisé diffère selon les régions du monde) les plus marquants de l'histoire moderne. 

Bohla, le plus meurtrier

Quand : novembre 1970

Où : Bengladesh, alors dénommé Pakistan oriental 

Avec plus de 300 000 morts, le cyclone Bohla reste le cyclone le plus meurtrier de l'histoire écrite. Il s'abat sur le Pakistan oriental les 12 et 13 novembre 1970, sur une zone très densément peuplée et en grande partie située au niveau de la mer. D'où un bilan particulièrement dramatique. Épinglé pour la lenteur des secours, le gouvernement pakistanais avait reconnu des manquements. 

Haiyan, le plus intense

Quand : novembre 2013

Où : Philippines (mais aussi Chine, Vietnam, Taiwan)

Jamais un typhon aussi puissant n'avait alors touché terre. Pendant 24 heures, des vents à 295km/h ont balayé deux îles du centre de l'archipel des Philippines, pulvérisant les habitations, décimant les arbres. Plus de 6 200 personnes ont été tuées, 28 000 blessées, et 1 780 disparues. Le comité sur les cyclones tropicaux a décidé de retirer son nom de la liste de ceux pouvant être utilisés à l'avenir par l'Organisation météorologique mondiale pour un autre cyclone tropical.

Katrina et Harvey, les plus coûteux

Quand : août 2005 et août 2017

: États-Unis

Les estimations variant d'une source à l'autre, difficile de dire qui de Katrina et de Harvey a eu le plus lourd bilan économique. Ce qui est certain, c'est que Katrina constitue aujourd'hui encore une profonde blessure dans l'histoire de la Nouvelle-Orléans. Le 29 août 2005, l'ouragan touche les côtes de la Louisiane. Un déluge s'abat sur la Nouvelle-Orléans, dont certains quartiers se trouvent jusqu'à 6 mètres sous le niveau de la mer. Bilan : 1 836 morts. Les dommages sont chiffrés entre 100 et 125 milliards de dollars, contre 80 à 190 milliards pour Harvey, qui a frappé le Texas en août 2017, faisant au moins 90 morts. 

Vu aérienne d'un quartier de la Nouvelle-Orléans, le 20 septembre 2005, après le passage de Katrina.
Vu aérienne d'un quartier de la Nouvelle-Orléans, le 20 septembre 2005, après le passage de Katrina. © AFP / Jim Watson

John, le plus long

Quand : du 11 août au 10 septembre 1994

: Pacifique

John aura duré pas moins de 31 jours, contre quatre à douze jours habituellement pour un cyclone. Cette longévité record lui a permis de parcourir plus de 13 000 km dans le Pacifique, avec des vents atteignant les 280 km/h. Petit miracle : il n’a pas fait de victime, et quasiment pas de dégâts. Car il n’a touché terre que très brièvement, à Hawaï. 

Hyacinthe, le plus pluvieux

Quand : janvier 1980

Où : La Réunion

De faible intensité, Hyacinthe oscille entre les catégories 1 et 2 sur l'échelle de Saffir Simpson. Ce qui ne l'empêche pas de provoquer de lourds dégâts sur l'île de La Réunion en raison de pluies diluviennes : il est tombé 6 000 mm d'eau en quinze jours ! Soit l'équivalent de neuf années de pluie à Paris.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.