des milliers de familles fuient mossoul, dans le nord de l'irak
des milliers de familles fuient mossoul, dans le nord de l'irak © reuters

Et si une nouvelle guerre couvait en Irak ? Des insurgés de l'État islamique en Irak et au Levant ont pris la majeure partie de Mossoul, deuxième ville du pays, lors d'une opération spectaculaire. Le pouvoir envisage de décréter l'état d'urgence.

Le Premier ministre Nouri al Maliki a demandé au parlement de voter pour l'état d'urgence dans le pays, pour faire face à cette attaque sans précédent contre le régime actuel. Cette prise de Mossoul est un revers important pour le pouvoir de Bagdad, il confirme que les rebelles sunnites, loin de s'épuiser, sont plus que jamais en train de gagner du terrain, et ce depuis un an.

Nous avons perdu Mossoul, ce matin. L'armée et les forces de police ont abandonné leurs positions et les terroristes de l'EIIL disposent d'un contrôle complet, explique un colonel de l'armée. "C'est un effondrement total de nos forces de sécurité.

Pusieurs autres villes du nord de l'Irak sont le théâtre de violents affrontements entre les rebelles et les forces du gouvernement dirigé par le chiite Al Maliki.

Des milliers de familles en fuite

D'autres éléments de l'organisation EEIL, groupe dissident d'Al Qaida, ont franchi la frontière pour venir se mêler au conflit syrien et enregistrent depuis six semaines des gains importants dans l'est de la Syrie.

L'ordre d'évacuation a été donné après la prise de la base militaire de Ghizlani au sud de la ville et la libération de quelque 200 détenus d'une prison de haute sécurité. Militaires et policiers ont mis le feu à des dépôts de carburant et de munitions avant de s'enfuir afin d'empêcher les activistes de s'en emparer. Des milliers de familles ont commencé à fuir leur domicile pour tenter de gagner la région autonome du Kurdistan, frontalière de la province de Ninive dont Mossoul est la capitale.

Selon deux sources policières et une source gouvernementale, les assaillants ont également libéré un millier de détenus d'une autre prison.

"Mossoul ressemble à un enfer"

"La ville est en feu", explique une mère qui fuit avec ses enfants. "Mon mari est mort dans l'explosion d'une bombe l'an passé. Je ne veux pas que mes enfants subissent le même sort".

Des officiers de l'armée ont expliqué que leurs soldats étaient totalement démoralisés et n'avaient plus la force de combattre les insurgés.

Nous ne pouvons pas les vaincre. C'est impossible. Ils sont parfaitement entraînés à la guérilla urbaine et nous ne le sommes pas. Ils nous faudrait toute une armée pour les chasser de Mossoul.

Une armée qui pourrait être constituée, notamment, de civils. Car pour répondre à cette menace, le gouvernement irakien a décidé d'armer tout citoyen prêt à combattre les insurgés.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.