Les Libanais ont manifesté en masse samedi dernier
Les Libanais ont manifesté en masse samedi dernier © Reuters / Mohamed Azakir

Le gouvernement libanais est sous pression au lendemain de la plus grande manifestation jamais organisée par la société civile. Il s’agissait pour les Libanais de dénoncer l'incurie de la classe politique.

Les organisateur de la campagne citoyenne «Vous puez » (You stink en anglais) ont prévenu les dirigeants libanais : "Votre heure a sonné" . Si leurs revendications n'étaient pas entendues d'ici à mardi soir, soit le terme de l'ultimatum de 72 heures lancé samedi, ils ont promis une "escalade". Ces manifestants veulent notamment une "solution environnementale durable au dossier des déchets au Liban".

La campagne "Vous puez"

Depuis une semaine, la campagne, "Vous puez" a rassemblé des milliers de gens en particulier samedi lors de la manifestation où plusieurs dizaines de milliers de personnes défilées dans le centre de Beyrouth.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Le citoyen d'abord", "Que tombe le pouvoir des corrompus", "On en a marre":

les slogans résumaient l'exaspération de la population. Les citoyens libanais en ont assez qu’aucune véritable réforme n'ait été entreprise depuis la fin de la guerre civile en 1990. La corruption et le manque de services de base comme l'électricité et l'eau cristallisent cette colère.

"Nous demandons des comptes"

En plus du groupe initial "Vous puez", le mouvement rassemble d'autres collectifs issus de la société civile comme "Nous demandons des comptes", "A la rue" ou encore "Dégagez", qui utilisent surtout les réseaux sociaux.

Ils réclament la démission du ministre de l'Environnement Mohammad Machnouk et le jugement des responsables des violences lors des manifestations du week-end dernier, dont le ministre de l'Intérieur Nohad Machnouk.

Thèmes associés