Le parlement turc va renommer et déplacer les capitales de deux provinces, à majorité kurde, dans lesquelles l’armée d’Erdogan se heurte aux séparatistes.

Patrouille militaire turque sur la route qui relie Sirnak et Hakkari
Patrouille militaire turque sur la route qui relie Sirnak et Hakkari © Reuters / Fatih Saribas

Le parlement turc a décidé de revoir la géographie du pays : désormais, la province d'Hakkari, à la frontière de l'Irak et de l'Iran, sera renommée "province de Yuksekova", du nom de la ville qui en sera la nouvelle capitale. La ville d’Hakkari serait même débaptisée, pour devenir Colemerik, altération de son ancien nom kurde Colemerg.

Une autre province à la population majoritairement kurde, la province de Sirnak, aurait pour nouvelle capitale Cizre, et serait également rebaptisée selon le nom de la nouvelle préfecture.

Cette mesure, décidée par le parlement turc au début du mois d’août, vise à mieux contrôler les provinces du sud-est du pays, où l’armée du gouvernement s’oppose aux séparatistes kurdes.

Les provinces de Hakkari et Sirnak rebaptisées par le gouvernement
Les provinces de Hakkari et Sirnak rebaptisées par le gouvernement © Radio France / Google

Négation des identités

Coté kurdes, les militants dénoncent une volonté de "négation des identités". Même si certains quartiers des deux nouvelles capitales ont été affectés par les affrontements entre l'armée turque et les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK),celles-ci sont considérées comme plus faciles à défendre, contrairement aux anciennes capitales situées dans des régions montagneuses plus reculées.

Le PKK a pris les armes contre l'Etat turc en 1984 et plus de 40.000 personnes, essentiellement des Kurdes, ont trouvé la mort dans les violences depuis cette date.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.