Jens Stoltenberg a fait secrètement le chauffeur de taxi pendant une journée de juin dans les rues d'Oslo en vue de sa campagne pour les législatives du 9 septembre.

Les explications de Grégory Tervel

Le Premier ministre Jens Stoltenberg
Le Premier ministre Jens Stoltenberg © Reuters / Scampix Norway

Affirmant vouloir connaître le ressenti de la population à l’approche du scrutin, Jens Stoltenberg a revêtu l'uniforme de taxi et dissimulé son visage par des lunettes de soleil.

Sous l’œil de plusieurs caméras cachées dans le véhicule, il a promené ses clients dans les rues de la capitale pendant plusieurs heures , ne révélant sa véritable identité que si les passagers finissaient pas le reconnaître.

"S'il existe bien un endroit où les gens disent vraiment ce qu'ils ont sur le cœur, c'est bien dans un taxi" . C’est ce qu’il a expliqué pour justifier ce coup politico-médiatique, concocté par une agence de publicité dans le cadre de la campagne pour sa réélection.

Ca tombe bien, je comptais justement vous écrire

Sur le montage vidéo diffusé sur Internet par son équipe de campagne, plusieurs clients réagissent après l’avoir reconnu.

"Ca tombe bien, je comptais justement vous écrire", indique ainsi une vieille dame en imperméable rouge, après l'avoir elle aussi identifié. "Tous les salaires des chefs, ils ne devraient pas gagner des millions comme ça".

Jens Stoltenberg, qui dirige le gouvernement depuis huit ans est actuellement distancé par l'opposition conservatrice dans les sondages d'intentions de vote.

Interrogé par le tabloïde Verdens Gang (VG) sur son intention de conduire à plein temps un taxi en cas de défaite électorale, le Premier ministre sortant répond:

"Je crois que ce serait plus dans l'intérêt de la nation et des clients des taxis que je pilote le gouvernement plutôt qu'une voiture".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.