Le Père Grégoire Cador
Le Père Grégoire Cador © Radio France

Le Père Grégoire Cador est en mission dans le Nord du Cameroun, depuis 22 ans. Aujourd'hui, cette zone est sous la menace régulière des terroristes islamistes du groupe Boko Haram. Malgré tout, le religieux français souhaite rester, jusqu'au bout.

Grégoire Cador est rentré en France, quelques jours, pour parler de la situation au Cameroun, mais il compte bien repartir. Depuis 22 ans, ce religieux français, originaire de la Sarthe, est en mission à Tokombéré, dans le Nord du pays. Aujourd’hui, cette zone est sous l’influence du groupe Boko Haram, qui y multiplie les incursions. Là où vit le Père Grégoire Cador, les terroristes pillent, tuent et kidnappent :

Ils attaquent à un endroit où ils savent que l’Armée n’est pas là !

Dans cette région du Cameroun, en 2013, [une famille française a été enlevée](http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/ce-que-l-sait-du-rapt-des-francais-au-cameroun-231301), ainsi qu’[un prêtre](http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/un-pretre-francais-enleve-dans-un-monastere-au-cameroun-308197). L’Ambassade a conseillé au Père Grégoire Cador de quitter le Nord du Cameroun. Pour lui, c’est hors de question : > Moi, j’ai donné ma vie (à Dieu), en tant que chrétien, et en tant que prêtre. Donc, celui qui veut prendre ma vie, il n’a rien à prendre. Je préfère mourir, plutôt que m’en aller ! Depuis Noël, Grégoire Cador a, tout de même, été **rapatrié de force dans la ville de Maroua, capitale de la province, et plus éloignée de la frontière** nigériane. Mais il continue, régulièrement, de retourner dans sa paroisse de Tokombéré : > Le travail qu’on fait, c’est semer des choses… Grégoire Cador repart au Cameroun, ce dimanche, pour rejoindre son collègue français, resté sur place, seul. **Ruddy Guilmin a rencontré le Père Grégoire Cador :**
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.