Le Nobel de la Paix sera remis ce vendredi à 11h à Oslo. Un prix qui récompense des efforts d'hommes et femmes ou d'organisations, tout autant qu'il encourage à en faire.

Martin Luther King en 1966 à Paris
Martin Luther King en 1966 à Paris © AFP / AFP FILES / AFP

Le Prix Nobel a été voulu par le chimiste suédois Alfred Nobel lui-même, dans son testament. L'inventeur de la dynamite souhaitait alors léguer sa fortune à une fondation qui célébrerait des personnes ayant rendu de grands services à l'humanité.

Arafat, Peres et Rabin en 1994
Arafat, Peres et Rabin en 1994 © AFP / AFP
  • Le premier Nobel de la Paix a été attribué en 1901 au Suisse Henri Dunant, fondateur de la Croix Rouge.

  • Les candidats (318 cette année, dont 215 personnalités et 103 organisations) doivent être parrainés par des parlementaires et ministres, d'anciens lauréats ou encore certains professeurs d'université.

  • Plusieurs organisations ont déjà été récompensées, notamment : Médecins sans frontières, l'Unicef, l'Union européenne, l'ONU, le HCR à deux reprises et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

  • Le Duc Tho, Nobel de la paix 1973, n'a pas voulu accepter son prix car il estimait que son action pour la paix au Vietnam n’avait pas entièrement abouti.

  • La moyenne d'âge des lauréats s’élève à 61 ans. En 2014, Malala Yousafzaï, a reçu le prix à seulement 17 ans. Elle est la plus jeune lauréate. Malala défend le droit à l’éducation des filles, et a été victime d'une tentative d’assassinat en octobre 2012. En 2014, elle a reçu le prix Nobel de la paix avec l'Indien Kailash Satyarthi. Seules 22 personnes de moins de 35 ans ont reçu le Nobel, dont Martin Luther King Jr, en 1964, à 35 ans.

  • Plusieurs hommes politiques ont été récompensés : Henri Kissinger et Le Duc Tho (1973) pour avoir signé les accords de paix au Vietnam. Anouar el-Sadate et Menahem Begin (1978) pour avoir pacifié les relations entre l'Égypte et Israël, Lech Walesa (1983) pour les aspirations démocratiques qu'il a défendues en Pologne, Mikail Gorbatchev (1990) pour le desserrement de l'étau communiste en Russie, Nelson Mandela et Frederik de Klerk (1993) pour la fin de l'apartheid en Afrique du Sud, Yasser Arafat, Shimon Peres et Yitzhak Rabin (1994) pour leurs efforts de paix au Proche-Orient.

  • Le dernier Nobel de la paix a récompensé en 2016 le président colombien Juan Manuel Santos, pour ses efforts visant à ramener la paix dans son pays.

  • Le dissident chinois Liu Xiaobo, qui a reçu le Nobel en 2010, est décédé en juillet cette année. Emprisonné, il n'a jamais pu aller chercher son prix. Sa femme, Lu Xia, est d'ailleurs la favorite du New York Times pour l'attribution du Nobel de la paix cette année.

  • Parmi les favoris cette année : selon les bookmakers, les casques blancs syriens, le pape François et un prix à la lutte antinucléaire. Sont également cités : l'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU), le blogueur saoudien emprisonné Raef Badaoui ou des voix indépendantes en Russie et en Turquie.

  • Cette année, de nombreux analystes se plaisent à penser que le Nobel de la paix viendrait défier le président américain Donald Trump, soit sur le terrain du nucléaire, soit sur le terrain des droits de l'homme

Mandela et De Klerk en 1993
Mandela et De Klerk en 1993 © Reuters / Reuters

Le Nobel de la paix décerné à Barack Obama en 2009 a suscité une polémique, car il l'a reçu seulement neuf mois après avoir pris ses fonctions de président des Etats-Unis.

Obama en 2009
Obama en 2009 © Reuters / Kevin Lamarque
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.