Sécurité renforcée pour l'enterrement de l'adolescent retrouvé mort ce mercredi. Il pourrait s'agir d'un acte de représailles après le meurtre de trois adolescents israéliens, inhumés la veille. Des heurts ont éclaté hier et se sont prolongés dans la nuit.

Dans le quartier arabe de Chouafat à Jérusalem
Dans le quartier arabe de Chouafat à Jérusalem © Reuters / Ammar Awad

De nouveaux affrontements dans plusieurs quartiers de Jérusalem-Est, annexé et occupé. Soixante-cinq Palestiniens blessés dont trois par des tirs à balles réelles.

Des heurts violents ont encore éclaté toute la journée d'hier et cette nuit. Jets de pierres et cocktails Molotov côtés Palestiniens, face à la riposte par des tirs de balles en caoutchouc de la part des policiers israéliens.

La tension monte encore d'un cran. Les autorités tentent de calmer le jeu. Précisions de Sébastien Laugénie

C'est surtout le quartier de Chouafat qui s'est embrasé. C'est là que Mohammad Abou Khdeir, 16 ans, a été enlevé mardi soir. Quelques heures plus tard, son corps "portant des marques de violences" a été découvert près d'une forêt dans la partie ouest de la ville.

Reportage à Jérusalem-Est du correspondant de France inter, Sébastien Laugénie

Manfestations, tirs de roquette et renforts militaires

Près de 3.000 manifestants se sont rassemblés mercredi soir dans la ville de Gaza à l'appel du Hamas pour dénoncer le meurtre de l'adolescent de Jérusalem-Est et en solidarité avec les Palestiniens de Cisjordanie.

L'armée israélienne annonce un renfort de réservistes aux abords de la bande de Gaza, après des salves de roquettes contre Israël, afin de faire passer "un message de désescalade" au mouvement islamiste Hamas, qui contrôle ce territoire palestinien. Un porte-parole de l'armée précise :

Nous avons déployé des forces. Il s'agit d'effectifs limités d'officiers de réserve dépêchés dans différents QG militaires afin de renforcer notre capacité près de la frontière avec Gaza et non pas sur le terrain. Plusieurs dizaines d'officiers seront stationnés dans les villes autour de l'enclave palestinienne, dans le sud d'Israël.

Nous nous donnons pour mission de faire passer un message de désescalade au Hamas et en même temps nous voulons être préparés à toutes les situations s'il ne recule pas de son plein gré parce que nous avons assisté à une hausse importante du nombre de roquettes, certaines tirées par le Hamas lui même.

Deux maisons de Sdérot, ville du sud d'Israël, ont été directement touchées par des tirs de roquette. La première a été percutée dans la nuit. La seconde maison abritait une colonie de vacances, en début de matinée. Les explosions n'ont pas fait de blessé mais des dégâts matériel : une panne d'électricité a paralysé la ville.

En tout, 18 projectiles tirés en 24h depuis Gaza en direction de l'Etat Hébreux.

Les appels au calme se multiplient

Navy Pillay, haut commissaire de l'Onu aux droits de l'homme, a condamné ce jeudi les tirs deroquettes dans le sud d'Israël et les raids de représailles de l'aviation israélienne dans la bande de Gaza, après la découverte des corps de trois jeunes israéliens enlevés en Cisjordanie.

Du point de vue des droits de l'homme, je condamne absolument ces tirs de roquettes et je condamne plus particulièrement les actes de représailles excessifs de la part d'Israël

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu mais aussi la famille d'un des jeunes israéliens retrouvés mort lundi, ont condamné le meurtre du jeune palestinien de 17 ans.

De son côté, la conseillère à la sécurité nationale du président Barack Obama, Susan Rice, a qualifié d'"odieux" le meurtre du jeune Mohammad Abou Khdeir. Elle appelle Israéliens et Palestiniens à ne pas entrer dans un cycle dangereux de représailles.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.