La demande de sacs à dos blindés croît fortement aux États-Unis après les tueries d'El Paso au Texas et de Dayton dans l'Ohio. Les ventes avaient commencé à augmenter début 2018 après la tuerie dans un lycée de Parkland.

La demande de sacs-à-dos à l'épreuve des balles a augmenté après les tueries de la semaine dernière aux Etats-Unis.
La demande de sacs-à-dos à l'épreuve des balles a augmenté après les tueries de la semaine dernière aux Etats-Unis. © Compte Twitter @MargyMurphy

Des sacs à dos à l’épreuve des balles dans les cours de récréation. Les tueries aux États-Unis ont entraîné une hausse de la demande de cartables censés protéger des tirs d’armes à feu, rapporte CBS News. Le média américain note que les tueries de la semaine dernière, à El Paso au Texas et à Dayton dans l’Ohio, ont entraîné un fort regain d’intérêt pour le produit. 

En Floride, des magasins annoncent être en rupture de stock de sacs à dos pare-balle, vendus entre 100 et 500 dollars. Au Texas, un fabriquant, qui fournit d’ordinaire les survivalistes, annonce lui aussi une hausse de ses ventes : "Nous en vendons d’habitude 100 par mois", confie le fondateur de ReadyToGoSurvival.com au journal The Houston Chronicle. "Là, nous en avons vendu 300 uniquement ces derniers jours."

Les internautes indignés

Sur Twitter, les internautes font part de leur indignation : "cela me rend malade", "la variété des couleurs rend ça encore plus dérangeant", "c'est incroyablement déprimant..." 

Les sacs à dos blindés s’invitent aussi dans le débat politique sur le port d'armes aux États-Unis. Sur Twitter, la sénatrice californienne Kamala Harris, candidate aux primaires démocrates pour l’élection présidentielle de 2020, s’en est indignée : "Les parents ne devraient pas avoir à acheter un sac à dos pare-balle pour leurs enfants afin d’assurer leur sécurité à l’école", a-t-elle déploré : "cela ne devrait pas être normal."

Mais ces sacs à dos ne sont pas très utiles face aux armes lourdes fréquemment utilisées par les tireurs : "Ils ne résisteront pas aux fusils d'assaut, souvent utilisés lors des fusillades dans les écoles", estime William Barton, un ancien commissaire de la police de New-York interrogé par la chaîne CNBC

En mai, la Floride devenait le 15e État américain à autoriser les enseignants à venir avec une arme à l’école. La demande de sacs à dos pare-balles a elle commencé à augmenter dès l’an dernier, avec la fusillade dans le lycée de Parkland en février 2018

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.