Après l’attentat qui a fait 49 morts et 53 blessés dans un club gay d’Orlando, les enquêteurs tentent de comprendre la personnalité complexe du tueur, Omar Seddique Mateen.

Les enquêteurs planchent sur la personnalité complexe d'Omar S.Mateen
Les enquêteurs planchent sur la personnalité complexe d'Omar S.Mateen © Maxppp / Maxppp

Deux jours après la tuerie, la police tente de faire la lumière sur les motivations d’Omar Seddique Mateen, cet américain d’origine afghane et père de famille âgé de 29 ans qui a ouvert le feu dans la nuit de dimanche à lundi sur la piste du Pulse, club gay et point de ralliement de la communauté homosexuelle d’Orlando. La piste du " loup solitaire " inspirée par les thèses djihadistes restait privilégiée, alors que le passé de l’homme comporte encore de nombreuses zones d’ombre.

Selon le FBI, Omar Seddique Mateen se serait radicalisé en partie grâce à internet, sans pour autant avoir été « piloté » à distance par l’État Islamique, même s’il a immédiatement signé son geste de la marque de l’organisation, en passant un coup de téléphone depuis les toilettes du club gay où il s’était retranché.

"Il semble que le tireur ait été inspiré par diverses sources d'informations extrémistes sur l'internet", a déclaré M. Obama après une réunion dans le Bureau ovale avec notamment le directeur du FBI James Comey et le ministre de la Sécurité intérieure Jeh Johnson.

Le tueur repéré sur un réseau gay

La thèse de l’homosexualité dissimulée de l’auteur de l’attentat, largement évoquée lundi dans les médias américains, vient aussi compliquer la tâche des enquêteurs. Selon le quotidien Orlando Sentinel, le tueur a été aperçu plusieurs fois au Pulse, dont il était un habitué. Des témoins évoquent un comportement agressif, provoqué par l’alcool. Omar Seddique Mateen aurait également été repéré sur un réseau de rencontre gay Jack’d, comme un autre témoin l’affirme au Los Angeles Time.

Enfin le témoignage d’un ancien élève de sa promotion à l’académie de police jette le trouble : il affirme au Palm Beach Post que le tueur du Pulse lui avait fait, à l’époque, des avances.

Son entourage parle d'un être violent

Son père, qui a publié lundi soir sur Facebook un long témoignage vidéo, a raconté qu’une une scène de baiser entre deux hommes, dans la rue à Miami, avait considérablement choqué son fils alors qu’il se trouvait avec sa femme et ses enfants. Le père du tueur est ainsi davantage persuadé du caractère homophobe, et non pas religieux, du geste de son fils.

Quand à sa première épouse, qui évoque un mari violent qui la battait, elle confirme ne jamais l’avoir entendu soutenir le terrorisme.

Pourtant, Omar S. Mateen avait bien été suivi par le FBI, qui l'avait interrogé à trois reprises, en 2013 et 2014, pour "d'éventuels liens avec des terroristes" : des enquêtes qui ont ensuite été classées sans suite.

Infographie : que sait-on d'Omar S. Mateen
Infographie : que sait-on d'Omar S. Mateen © Radio France / Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.