L'une des deux pandas prêtés par la Chine au zoo français est enceinte, une première en France. Il doit rester trois ans sur place avant d'être rendu à son lointain pays d'origine.

Tout est prêt au zoo de Beauval pour accueillir le nouveau pensionnaire
Tout est prêt au zoo de Beauval pour accueillir le nouveau pensionnaire © Maxppp / Jérôme Dutac

Il y avait bien un polichinelle dans le panda : Huan Huan, la femelle arrivée au Zoo-Parc de Beauval depuis 2012 est enceinte, l'échographie l'a confirmé mercredi en fin de matinée. C'est une première en France, et c'est une nouvelle qui va avoir un écho mondial, puisque les deux pandas géants (Huan Huan et Yuan-Zi) ont été prêtés à Beauval par la Chine. L'ambassadeur chinois en France a d'ailleurs été l'un des premiers prévenus...

Huan Huan a subi une insémination artificielle au printemps, et c'est la première fois en France qu'un bébé panda va naître dans un zoo.

Le bébé panda va devoir se préparer à faire le voyage inverse de celui de ses parents. Après sa naissance, prévue d'ici une dizaine de jours, il restera d'abord deux à trois mois loin du public, près de sa mère. Les visiteurs pourront le voir grâce à une caméra, mais rien de plus. Puis il passera environ trois ans à Beauval avant de repartir en Chine, sans doute pour être réintroduit dans son milieu naturel.

Mignons mais aussi enjeux diplomatiques majeurs

Il faudra ensuite déterminer ce que feront, de leur côté, Huan Huan et Yuan-Zi. Ils sont en effet prêtés à Beauval pour encore quatre ans. Ils pourraient rester plus longtemps, mais il faudra pour cela que la discussion se passe directement entre les présidents français et chinois.

Les pandas géants sont non seulement un enjeu environnemental (ils étaient encore menacés d'extinction il n'y a pas si longtemps) mais aussi diplomatique pour la Chine. Depuis le VIIe siècle, l'animal est en effet un cadeau précieux, offert d'abord par l'empereur à ses vassaux (afin d'asseoir sa supériorité sur eux) puis par le pays à ses partenaires dans le monde. Le panda est considéré comme un trésor national, et en recevoir un oblige le pays à prendre le plus grand soin de l'animal... Mais aussi de ses relations avec Pékin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.