Cette déclaration est signée Leonid Kravtchouk, le premier président de l'Ukraine indépendante qui s'exprimait ce matin devant le parlement de Kiev. Les nationalistes ont tenté de déloger les pro-Européens des bätiments publics.

Reportage devant le bâtiment du ministère de la Culture à Kiev

La guerre civile en Ukraine ?
La guerre civile en Ukraine ? © REUTERS/Thomas Peter / REUTERS/Thomas Peter

Mardi, le Premier ministre Mikola Azarov a démissionné. Le vice-Premier ministre et ancien chef de la banque centrale ukrainienne, Serhiy Arbouzov, occupera le poste de Premier ministre par intérim, tandis que les ministres du gouvernement resteront en poste jusqu'à la nomination d'un nouveau cabinet.

Le Parlement a abrogé les lois restreignant le droit de manifester dont l'adoption a fait monter la pression de plusieurs crans. Cette décision a été saluée par des hourras de la part de milliers de manifestants réunis sur la place de l'Indépendance de Kiev. Mais les chefs de file de l'opposition ont promis de continuer à faire pression sur le pouvoir.

En dépit de la démission de Mikola Azarov et de l'annulation de ces lois jugées répressives par les opposants et plusieurs capitales étrangères, les chefs de file de la contestation ont annoncé que leur combat se poursuivait. Vitali Klitschko dirige le parti libéral Udar :

Nous sommes certains que la lutte va continuer, nous n'avons franchi qu'un pas, nous n'avons pas encore tout réglé.

ukraine IDE
ukraine IDE © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.