Les premiers soldats américains arriveront dans quelques semaines
Les premiers soldats américains arriveront dans quelques semaines © maxppp

Washington a décidé de doubler son contingent avec l'envoi de 1.500 conseillers militaires pour entrainer les forces irakiennes et les combattants Kurdes dans la guerre contre les djihadistes de l'Etat Islamique.

Les premiers soldats arriveront en Irak dans quelques semaines.

Pas "d'engagement dans les combats"

Mais "ces troupes ne seront pas engagées dans les combats" indique l'exécutif américain. A ce jour, près de 1.400 soldats américains sont déployés en Irak, dont 600 conseillers militaires à Bagdad et Erbil. Environ 800 soldats assurent d'autre part la sécurité de l'ambassade des Etats-Unis et de l'aéroport de Bagdad.

Avant l'été quand Barack Obama annonce un prudent retour des Etats-Unis en Irak, il envoie 300 hommes autour de l'ambassade américaine à Bagdad. D'ici la fin de l'année, ils seront dix fois plus dans la capitale mais aussi à Erbil, dans le Kurdistan et encore dans la province d'Anbar où les troupes supplémentaires vont être déployées.

C'est une région où l'organisation Etat islamique progresse. C'est la province sunnite où se trouvent les villes de Falloudja et Ramadi, les pires souvenirs de la guerre en Irak.

Officiellement pas de soldats mais des conseillers

Ces soldats gardent officiellement un rôle de conseillers. Ils sont là pour entraîner les irakiens. Mais de fait, ils seront au plus prés des combats. La mission devient plus périlleuse. Barack Obama répond ainsi à une demande pressante de l'Etat-major. Depuis des semaines, ces renforts étaient réclamés, les troupes irakiennes sont considérées comme incapables de faire reculer seules les djihadistes.

Le Président américain rentre donc dans cette logique du "toujours plus de soldats" connue lors d'autres conflits. Il le fait au moment ou le congrès et totalement contrôlé par les Républicains. "A chacun, ses responsabilités", semble dire Barack Obama "Moi, je prends les miennes. A vous de me soutenir".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.