L'ONU devrait voter ce vendredi une baisse du budget de ses forces de maintien de la paix, de 600 millions de dollars (7,2 %), sur pression des États-Unis.

Casques Bleus philippins avant leur départ en mission
Casques Bleus philippins avant leur départ en mission © Maxppp / Rouelle Umali - LANDOV

L'année prochaine, ce budget devrait donc passer de 7,87 milliards de dollars à 7,3 milliards de dollars. Pas vraiment une saignée, mais une baisse significative dont se réjouissent les États-Unis, qui financent 28,5 % des opérations de maintien de la paix et 22 % du budget de fonctionnement de l'ONU. Donald Trump avait promis des coupes drastiques dans ces dotations américaines. Pour l'ambassadeur français, la baisse âprement négociée a été "soigneusement calibrée" et prennent compte des "récentes évolutions positives du maintien de la paix ainsi que des évolutions sur le terrain".

Les missions les plus touchées devraient être les plus coûteuses : celles dans la région du Darfour, au Soudan et en République Démocratique du Congo. Au total, les forces de maintien de la paix de l'ONU sont engagées sur 16 terrains différents, parfois depuis plusieurs décennies...

Ainsi, la mission ONUST au Moyen-Orient, lancée en 1948 (la toute première opération de maintien de la paix, suite à la guerre israélo-arabe), est toujours active aujourd'hui. Tout comme celle entre l'Inde et le Pakistan (1949), à Chypre (1964) ou au Liban (1978). L'accord prévoit notamment une baisse de 44 % du nombre de Casques bleus au Darfour d'ici juin 2018, une opération lancée en 2007.

En 2017, les forces de maintien de la paix de l'ONU emploient plus de 110.000 personnes dans le monde, dont 95.301 personnels militaires ou policiers.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.