la france assurera une mission de sécurisation en centrafrique
la france assurera une mission de sécurisation en centrafrique © reuters

L'intervention militaire française en République Centrafricaine se précise. A l’approche du feu vert attendu de l’ONU, des soldats supplémentaires et du matériel arrivent des pays voisins. Des camions venus par la route du Cameroun et, selon l’AFP, des petits véhicules blindés. Du matériel est aussi transféré par avion du Gabon. Une trentaine de spécialistes du génie (avec des engins de chantier) ont été envoyés pour préparer l’aéroport M’Poko de Bangui.

Il faut "un coup de balai " disent les militaires. Une opération "forte et rapide ", pour mettre fin aux exactions multiples des bandes armées. D’un point de vue opérationnel, c’est une mission de "sécurité " plutôt qu’une vraie guerre.

Il s’agit de reprendre en main la capitale, Bangui - où se trouvent quelques centaines de ressortissants français et un laboratoire de l’Institut Pasteur - puis de contrôler les deux routes qui filent vers le Cameroun, à l’ouest, et vers le Tchad, au Nord. Ensuite le dispositif pourra se déployer pour aller aider les populations.

Bientôt 1.000 hommes sur place

Officiellement, la France intervient "en soutien " des troupes africaines mais celles-ci ont des capacités réduites, elles manquent de moyens de combat et de logistique alors ce sont plutôt les légionnaires et les commandos parachutistes français qui seront en première ligne en attendant que le relai soit passé, ensuite, aux Nations Unies, pour véritablement "stabiliser" le pays.

Il y a actuellement 433 militaires français en République centrafricaine et 600 de plus sont prêts à arriver très rapidement.

Ce matin, le colonel Gilles Jaron, porte parole de l'état major, donnait des précisions sur la logistique de l'opération.

Nous avons entamé des travaux sur l'aéroport pour aménager des plateformes autour de la piste d'atterrissage. Si des troupes doivent être engagées, elles permettront de décharger du matériel. (le colonel Gilles Jaron)

Les forces internationales en Centrafrique
Les forces internationales en Centrafrique © Radio France

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.