paris accueille un sommet international pour définir une stratégie contre boko haram
paris accueille un sommet international pour définir une stratégie contre boko haram © reuters

"Boko Haram est devenue une menace majeure pour l'Afrique de l'Ouest et maintenant pour l'Afrique centrale." Ce sont les mots de François Hollande qui accueille le sommet de Paris pour la sécurité du Nigeria. La secte islamiste Boko Haram se serait rapprochée depuis un an de mouvements islamistes armés régionaux.

► ► ► LIRE | Le Nigéria au coeur des débats en France

A l'invitation de François Hollande, les dirigeants du Nigeria, du Cameroun, du Niger, du Tchad et du Benin sont venus pour définir une stratégie globale avec des représentants des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l'Union européenne. A l'issue de la réunion, le président français a souligné la nécessité d'un plan global de lutte contre Boko Haram qui représente, selon lui, une menace "majeure" en Afrique de l'Ouest et maintenant en Afrique centrale.

Les contours du "plan global de lutte contre Boko Haram" avec Olivier Poujade

Coordination du renseignement, échange d'informations, pilotage central de moyens, surveillance des frontières, présence militaire notamment autour du lac Tchad et capacité d'intervention dès lors qu'il y a danger.

Le Nigeria a donné son accord pour faire examiner par le Conseil de sécurité de l'Onu l'instauration d'un régime de sanctions contre Boko Haram. Les attaques de Boko Haram se sont multipliées. Elles ont fait plus de 1 000 morts entre le 1er janvier et la mi-mars, un chiffre quatre fois supérieur à celui enregistré sur la même période l'année dernière.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | La France fera tout pour aider le Nigéria

Rapprocher le Nigéria et le Cameroun ?

Comment faire coopérer les deux pays ? Les solutions proposées au sommet de Paris. Les précisions d'Olivier Poujade

Gilles Yabi est spécialiste de l’analyse des conflits, des opérations de maintient de la paix, notamment dans les régions de l’Afrique de l’ouest. Invité du journal de 13h samedi, il considère que l'enjeu du sommet de Paris concerne les relations houleuses entre le Nigéria et le Cameroun.

Avec le Cameroun, la communication est difficile [...] Le Cameroun a eu des conflits avec le Nigéria.

Une nouvelle journée de mobilisation pour la libération des 223 lycéennes

Une nouvelle journée de mobilisation pour la libération des 223 lycéennes
Une nouvelle journée de mobilisation pour la libération des 223 lycéennes © Julie Pietri / Julie Pietri

De jeunes manifestantes ont revêtu un tee-shirt sur lequel était écrit en lettres rouges :

Rendez-vous nos filles. Sécurisez les chemins de l'école.

Elle portait chacune une pancarte où était inscrit le prénom des lycéennes nigérianes : Rahila, Awah, Ruth, Lydia ... Dans la manifestation, l'ancienne Première dame Valérie Trierweiler a assuré que la mobilisation allait continuer :

Nous allons continuer à nous mobiliser dans le cadre de ce mouvement initié notamment par Yamina Benguigui en essayant de trouver des nouvelles formes de sensibilisation.

Plusieurs Nigérians ont exprimé leur colère contre l'inaction de leur président, Goodluck Jonathan. ils étaient à côté des lycéennes françaises. Le reportage de Julie Pietri.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Une nouvelle vidéo de Boko Haram

Qui est Boko Haram ?

Qui est Boko Haram ?
Qui est Boko Haram ? © Radio France

Fondé en 2002, Boko Haram, dont le nom en langue haoussa signifie "l'éducation occidentale est un péché", prône l'application stricte de la charia et réclame la création d'un Etat islamique dans le nord-est du pays.

Dans un rapport publié en 2012, une mission de l'Onu chargée d'évaluer l'impact de la crise libyenne dans le Sahel faisait déjà état d'un lien entre Boko Haram et Aqmi et rapportait que certains de ses membres du Nigéria et du Tchad avaient été formés dans les camps d'Al Qaïda au Mali à l'été 2011. Depuis le début de l'insurrection, le groupe, classé organisation terroriste par les Etats-Unis, s'en est essentiellement pris aux forces de sécurité nigérianes et aux écoles, faisant plusieurs milliers de morts. Les actions du groupe ont désormais franchi les frontières nigérianes et deux pays limitrophes, le Cameroun et le Tchad, "se retrouvent contaminés", souligne-t-on à Paris où l'on fait état d'une "pénétration croissante des mouvements nigérians dans le nord du Cameroun".

En dépit du coup porté au mouvement en 2009 avec la mort de son fondateur Mohamed Youssouf lors d'une intervention de l'armée nigériane, Boko Haram a gagné du terrain et est jugé capable de mener des actions de grande ampleur contre des installations militaires. Très structuré, le mouvement, dont le nombre de militants reste difficile à définir avec précision, a mis en place des camps d'entraînement de 200 à 300 personnes, formés au maniement des armes et à la formation tactique dans un encadrement religieux, susceptibles d'être démontés en quelques heures avant l'arrivée des forces nigérianes, indique une source militaire.

Le mouvement, qui s'alimente en kalachnikovs, mitraillettes, explosifs et roquettes via la Libye, bénéficie en outre d'une grande complicité au Tchad et au Niger, les deux axes principaux d'acheminement du trafic régional d'armes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.