Concrètement, des contrôles auront lieu aux 285 points de passage transfrontaliers
Concrètement, des contrôles auront lieu aux 285 points de passage transfrontaliers © MaxPPP

Avec le rétablissement des contrôles aux frontières pour un mois à partir de vendredi, la France se met en ordre de bataille avant la conférence de Paris sur le climat, un "casse-tête" pour les forces de l'ordre, sur fond de menace terroriste.

Pour une durée d’un mois et dès ce vendredi, les contrôles aux frontières reprennent, avant la conférence de Paris sur le climat, "casse-tête" sécuritaire pour les forces de l'ordre, alors que plane la menace terroriste. "Ces mesures s’appliqueront à toutes les frontières, moins pour interpeller que pour dissuader », explique Manin de Loze, le directeur adjoint des douanes de Franche-Comté. "Si on contrôle la moitié de nos frontières, ajoute-t-il, les gens qui sont vraiment déterminés vont peut-être essayer de contourner le dispositif en tentant de passer par une autre frontière. C’est pour cela que nous contrôlerons aussi la frontière suisse." Cette possibilité est offerte par les accords créant l'espace Schengen, cette zone de libre circulation intérieure qui inclut 26 pays européens. Ce n'est pas une première: elle l'avait fait pour un sommet de l'Otan en 2009 et pour le G20 à Cannes en 2011, tandis que le Danemark avait procédé de même pour la COP de Copenhague en 2009, comme la Pologne pour celle de Varsovie en 2013.

Pas de contrôles "archisystématiques"

Concrètement, des contrôles auront lieu aux 285 "points de passage transfrontaliers" (voies d'accès routières et fluviales, aéroports, trains...) que compte la France. Mais il n'y aura "pas de bouleversement physique, pas de déploiement de forces aux frontières", dit-on Place Beauvau. La police aux frontières, renforcée avec des réservistes, sans compter les agents des douanes, "est déjà présente", "la différence est qu'elle contrôlera. Il n'y aura pas de contrôles archisystématiques", ajoute-t-on. Deux temps de surveillance de "haute intensité" ont été définis, du 25 au 29 novembre puis du 8 au 12 décembre. En Rhône-Alpes, des contrôles "ciblés ultrarenforcés" sont annoncés ces jours-là, avec fouille des véhicules empruntant les tunnels transfrontaliers. Sur ces périodes, la préfecture des Pyrénées-Orientales mettra elle en place des contrôles d'identité "systématiques sur tous les points d'entrée du territoire".

195 délégations officielles

Le gouvernement doit faire face à au moins deux enjeux de sécurité majeurs avec la COP21, organisée du 30 novembre au 11 décembre au Bourget, au nord de Paris: la protection de 195 délégations officielles et le maintien de l'ordre lors d'importantes manifestations en marge de cette conférence. Les présidents américain et chinois, Barack Obama et Xi Jinping, ont annoncé leur venue pour le sommet des chefs d'Etat le 30 novembre, de même que le Premier ministre indien Narendra Modi.

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.