En Corée-du-Nord, où l’accès à des informations extérieures est étroitement contrôlé par le régime, les médias officiels ont largement parlé du processus de dialogue entre leur pays et les États-Unis. Reportage de Frédéric Ojiardas.

Dans le métro à Pyongyang en avril 2018
Dans le métro à Pyongyang en avril 2018 © AFP / Ed Jones

C'est le tout premier sommet de l’histoire entre les États-Unis et la Corée-du-Nord et les médias coréens ont suivi tout le processus qui y a mené, notamment les deux rencontres de Kim Jong Un avec le président sud-coréen et la visite du secrétaire d’État américain Mike Pompéo à Pyongyang.

Ces informations soulèvent toute l'attention de la population. Les nord-coréens semblent fascinés par cet enchaînement d'évènements historiques. "Quand la visite à Pyongyang de Mike Pompeo a été annoncée, j'ai vu les gens s'amasser en grand nombre devant les journaux et les photos de la rencontre. Ils n’arrivaient pas à y croire !" explique an Bennett, de l’ONG d’aide au développement Choson Exchange. 

C’est quelque chose de nouveau. Les Nord-Coréens pensent qu'un véritable changement est en train de se produire, que tout ça n’est pas que des mots. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Kang Mi-jin est une réfugiée nord-coréenne, devenue journaliste pour le site Daily NK, basé à Séoul. 

Elle téléphone souvent à des sources en Corée du Nord.  "Après le premier sommet entre les deux Corée, beaucoup de Nord-Coréens se sont mis à espérer ! Ils espèrent une vie meilleure, et même une réunification, si jamais le rapprochement se poursuit. Ils rêvent des choses positives comme cela. Moi-même, je veux être un peu optimiste. Parce que Kim Jong Un a pris des décisions vraiment sans précédent." 

Mais cet espoir est fragile : si Kim Jong-un et Donald Trump ne parviennent pas à un accord à Singapour, les tensions sur la péninsule coréenne pourraient se raviver de nouveau.