Depuis qu'il a été investi, Donald Trump signe des décrets à tout va pour défaire ce que les administrations Obama ou Clinton ont fait.

Trump signe le décret marquant le coup d'envoi d'un mur avec le Mexique
Trump signe le décret marquant le coup d'envoi d'un mur avec le Mexique © AFP / AFP

Quand Barack Obama a pris ses fonctions en 2009, il a signé 11 décrets et amendements dès la première semaine. Donald Trump, lui, en a signé 13 en seulement cinq jours. Et il continue. Voici les principaux décrets signés :

Il contourne Obamacare

Son premier décret concerne la loi d'assurance santé pour tous d'Obama. En attendant son abrogation par le Congrès, Trump autorise un large éventail d'exemptions, ce qui permet à de nombreux citoyens et entreprises de contourner Obamacare.

Il interdit le financement de l'avortement

Première étape dans l'offensive anti-avortement menée par Trump : il a signé un décret lundi interdisant désormais tout financement par des fonds fédéraux d'ONG internationales qui soutiennent l'avortement. Annoncée sous la présidence du président républicain Ronald Reagan, la politique remise en vigueur par Donald Trump prévoit que les fonds fédéraux d'aide internationale ne peuvent être alloués à des ONG étrangères qui pratiquent l’IVG ou militent pour rendre l'avortement légal. Ces restrictions avaient été annulées par le président démocrate Bill Clinton, puis remises en place par le républicain George W. Bush avant d'être annulées à nouveau par le président démocrate Barack Obama.

Il lance le fameux mur à la frontière avec le Mexique

Donald Trump a pris mercredi deux décrets présidentiels pour renforcer la sécurité aux frontières des Etats-Unis et réprimer l'immigration clandestine. Ces décrets prévoient notamment la construction d'un mur de 3 200 kilomètre le long de la frontière avec le Mexique, mesure promise pendant la campagne. Le président républicain va également prendre des mesures dans les prochains jours pour réduire l'immigration légale, en divisant par deux, à 50 000, le nombre de réfugiés autorisés à entrer aux Etats-Unis chaque année et en bloquant l'émission de visas pour les personnes en provenance de certains pays musulmans d'Afrique et du Proche-Orient (Syrie, Soudan, Somalie, Irak, Iran, Libye et Yémen). Le Congrés ne s'y opposera pas.

Trump doit rencontrer son homologue mexicain Enrique Peña Nieto mardi 31 janvier. mais il a d'ores et déja "conseillé" au Président mexicain d'annuler sa venue s'il ne veut pas payer pour le mur!

Les décrets Trump sur l'immigration
Les décrets Trump sur l'immigration © AFP

Il relance les projets d'oléoducs controversés et stoppés

Trump a décidé dès mardi de relancer le projet d'immense oléoduc entre les Etats-Unis et le Canada : il transportera le pétrole canadien de l'Alberta (Canada) au Nebraska (Etats-Unis). Keystone XL, long de 1 900 kilomètres dont 1 400 aux Etats-Unis.

Un autre décret prévoit aussi la construction d'un autre oléoduc dans le Dakota du Nord, rejeté après le long combat des Amérindiens et des écologistes.

►►►ECOUTER | Corentin Sellin, enseignant et spécialiste des Etats-Unis (au micro de Claude Guibal)

Il tire un trait sur le traité transpacifique

Trump a signé l'acte de retrait des Etats-Unis de l'accord de libre échange avec 12 pays d'Asie (TPP), signé en 2015 par Obama. Le texte n'était pas encore en vigueur car il attendait l'aval du Congrés.

Il interdit aux fonctionnaires de communiquer

Des circulaires ont été envoyées aux fonctionnaires des différents services pour verrouiller la communication. Par exemple, tous les fonctionnaires de l'Agence de protection de l'environnement ont reçu ordre de ne pas communiquer avec le public, la presse ou sur les réseaux sociaux.

►►►ECOUTER | Les détails des intentions de Trump avec Bertrand Gallicher

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.