Il photographie la crise des réfugiés depuis quatre ans pour l'AFP. Cet été, le Grec Angelos Tzortzinis était en mer Méditerranée, au large de la Libye, à bord de l'Aquarius.

Les migrants attendent d'être sauvés par le navire de secours Aquarius géré par l'ONG SOS Mediterranee avec Médecins Sans Frontières (MSF) en Méditerranée, à 30 milles nautiques des côtés libyennes
Les migrants attendent d'être sauvés par le navire de secours Aquarius géré par l'ONG SOS Mediterranee avec Médecins Sans Frontières (MSF) en Méditerranée, à 30 milles nautiques des côtés libyennes © AFP / ANGELOS TZORTZINIS

Le photographe de l’AFP Angelos Tzortzinis, avait été désigné en 2015 par le magazine Time comme « le meilleur photographe d’agence » pour son travail en Grèce sur la crise économique et celle des migrants. Cet été, il a passé vingt et un jours en mer Méditerranée à bord de l’Aquarius, un bateau affrété par l’ONG SOS Méditerranée en collaboration avec MSF et dont la mission est de sauver les migrants de la mer au large de la Libye.

Ce Grec photographie depuis quatre ans ce qui représente pour lui « l’une des histoires les plus dramatiques et troublantes au monde » :

Un sauveteur de l'Aquarius tient une petite fille récupérée avec d'autres personnes depuis le navire marchand Santa Lucia en Méditerranée, à 20 milles nautiques de la côte libyenne. / AFP
Un sauveteur de l'Aquarius tient une petite fille récupérée avec d'autres personnes depuis le navire marchand Santa Lucia en Méditerranée, à 20 milles nautiques de la côte libyenne. / AFP © AFP / Angelos Tzortzinis

Le 1er août dernier, l’équipe de l’Aquarius reçoit un message : un bateau a sauvé et recueilli plusieurs dizaines de réfugiés et de migrants d’Afrique subsaharienne. Parmi eux, huit ont été retrouvés morts : cinq hommes et trois femmes.

Selon les migrants secourus, le bateau pneumatique qui les transportait s'est percé au milieu. Les personnes qui étaient à cet endroit ont été submergées par l’eau. Angelos Tzortzinis raconte : "Une coopération a été mise ne place immédiatement avec les équipes de SOS Méditerranée, MSF et l’ONG espagnole Proactiva Open Arms, pour transférer les rescapés du navire espagnol au notre. Ce transbordement a duré cinq heures."

Les sauveteurs de l'Aquarius se préparent à charger le sac contenant le corps d'un migrant mort en mer Méditerranée, 3 août 2017.
Les sauveteurs de l'Aquarius se préparent à charger le sac contenant le corps d'un migrant mort en mer Méditerranée, 3 août 2017. © AFP / ANGELOS TZORTZINIS

« Je ne pense pas qu’il existe un seul photographe qui veuille prendre des photographies de personnes mortes. Personnellement, je me sens très mal à l’aise dans ce genre de situation mais cela fait partie de mon travail de le faire et de diffuser ces images au grand public, toujours en gardant le plus grand respect de la dignité de ces personnes décédées. »

Des migrants libyens dorment sur le pont de l'Aquarius après leur sauvetage en Méditerranée, à 20 milles nautiques de la côte libyenne, le 2 août 2017.
Des migrants libyens dorment sur le pont de l'Aquarius après leur sauvetage en Méditerranée, à 20 milles nautiques de la côte libyenne, le 2 août 2017. © AFP / ANGELOS TZORTZINIS

Le 2 août, dix-sept Libyens sur un bateau qui dérivait ont été secourus par l’Aquarius :

Ils m’ont dit qu’ils voulaient fuir la situation actuelle, la violence et la corruption en Libye, à la recherche d’une vie meilleure en Europe.

 L'Italie, le 2 août 2017, a commencé à appliquer un "code de conduite" controversé pour les bateaux d'ONG qui sauvent les migrants en Méditerranée.
L'Italie, le 2 août 2017, a commencé à appliquer un "code de conduite" controversé pour les bateaux d'ONG qui sauvent les migrants en Méditerranée. © AFP / ANGELOS TZORTZINIS

Un autre jour, l’Aquarius a sauvé 272 personnes qui étaient à bord d’un navire en bois. 245 d’entre eux venaient d’Erythrée : "Les personnes déshydratées ont été secourues en premier, avec un homme blessé par balle. Au début, ils avaient vraiment très peur mais avec l’aide des volontaires de SOS Méditerranée et MSF, qui prenaient soin d’eux et leur ont donné un repas et de quoi faire leur toilette, ils ont alors commencé à sentir mieux et à regarder devant eux, leur prochaine étape du voyage, leur arrivée en Italie avec optimiste et espoir."

De nombreux migrants viennent des régions pauvres de l'Afrique subsaharienne, fuyent la violence de leur pays d'origine. Ils espèrent une vie meilleure dans une Europe prospère.
De nombreux migrants viennent des régions pauvres de l'Afrique subsaharienne, fuyent la violence de leur pays d'origine. Ils espèrent une vie meilleure dans une Europe prospère. © AFP / ANGELOS TZORTZINIS

"Je photographie la crise des réfugiés en Grèce et dans les Balkans depuis quatre ans. Il n'y a pas d’évolution significative de la situation. Or, ces personnes, guidées par leur rêve d’un avenir meilleur, trouveront toujours un moyen d’atteindre l’Europe," explique Angelos Tzortzinis.

L’histoire se répète, ce n’est que le paysage qui change, d’une mer à une autre.

Précédemment, lorsque les migrants sont arrivés en Grèce, Angelos Tzortzinis s'était rendu dans le village d'Idoméni et sur les îles de Kos et de Lesbos. Il enregistre les bouleversements que cette crise entraîne en Grèce et dans les Balkans et la transformation de leurs paysages : de nouveaux cimetières pour les nombreuses victimes des naufrages, des montagnes de débris de coques de bateaux fracassées ou encore des décharges constituées de gilets de sauvetage devenus inutiles...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.