Les trois membres du groupe de musique avaient été condamnés pour hooliganisme.
Les trois membres du groupe de musique avaient été condamnés pour hooliganisme. © Radio France / MaxPPP
**Maria Alekhina et Nadedja Tolokonnikova ont été remises en liberté ce lundi, bénéficiant d’une loi d’amnistie votée par le Parlement russe la semaine dernière. Dès sa sortie, Maria Alekhina a dénoncé une "opération de communication du Kremlin".** Enfin libre ! Maria Alekhina, l’une des Pussy Riot [condamnées à deux ans de camp pour "_hooliganisme_ " après avoir chanté en février 2012 une "_prière punk_ " contre le président Vladimir Poutine](http://www.franceinter.fr/depeche-il-y-a-un-an-les-pussy-riots-etaient-condamnees-a-un-an-de-prison) dans la cathédrale du Christ Sauveur à Moscou, ont été remises en liberté. Dès sa sortie, Maria Alekhina, la première à avoir été libérée, dénonçait une "_opération de communication du Kremlin_ ". > **Si j'avais eu le choix, j'aurais refusé** "_Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un geste d'humanisme, mais plutôt d'une opération de communication_ ", a ainsi déclaré la jeune femme de 25 ans à la chaîne de télévision Dojd. "C'est une profanation", a-t-elle également estimé, dénonçant une loi qui ne concerne "_même pas 10%" des détenus_ ". Avant d’ajouter : "_Si j'avais eu le choix, j'aurais refusé_ ", que si elle avait eu "la plus petite chance d'éviter cette grâce", elle l'aurait saisie. **> Ecoutez Maria Alekhina, à sa sortie de prison :**
Quelques heures plus tard, Nadedja Tolokonnikova était libérée de son camp dans la foulée par les autorités russes. "_La Russie est construite sur le modèle d'une colonie pénitentiaire et c'est la raison pour laquelle il est si important de changer les colonies pour changer la Russie de l'intérieu_ r", a-t-elle déclaré à sa sortie. ### Amnistiées par Vladimir Poutine Sans surprise, il s’agit de la conséquence de l'amnistie prononcée la semaine dernière par Vladimir Poutine : le président russe a signé un document promulguant la libération des deux membres des Pussy Riot encore emprisonnées, libérables en mars prochain. Une troisième jeune femme, Ekaterina Samoutsevitch, avait aussi été condamnée mais libérée quelques mois plus tard, sa peine ayant été commuée en sursis au motif qu'elle avait été interceptée par les gardes de la cathédrale avant d'avoir pu prendre part à la performance. ### Au loin, les Jeux olympiques de Sotchi Alors que la peine de Maria Alekhina et Nadejda Tolokonnikova devait prendre fin en mars 2014, les deux jeunes femmes, toutes deux mères d'un enfant en bas-âge, ont été amnistiées la semaine dernière. [L'ensemble de leurs recours avaient jusqu'à présent été rejetés par la justice russe](http://www.franceinter.fr/depeche-vers-un-reexamen-de-la-condamnation-des-pussy-riot-en-russie), les prisonnières ayant refusé de reconnaître leur culpabilité.[ Après la libération de l’oligarque Mikhaïl Khodorkhovsi](http://www.franceinter.fr/depeche-khodorkovski-denonce-le-sort-reserve-aux-detenus-politiques-en-russie), ces remises en liberté interviennent [alors que la Russie se prépare activement aux Jeux olympiques de Sotchi, en février prochain](http://www.franceinter.fr/depeche-amnistie-pour-les-pussy-riot-et-les-30-de-greenpeace).
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.