Les drapeaux noirs flottent sur Kobané
Les drapeaux noirs flottent sur Kobané © REUTERS/Umit Bektas / REUTERS/Umit Bektas

REPORTAGE - La ville kurde, à la frontière turco-syrienne a été prise par les djihadistes du groupe État islamique. Philippe Randé est à moins d'un kilomètre du champ de bataille.

Des combattants djihadistes de l'Etat islamique ont réussi à prendre dans la nuit de lundi à mardi plusieurs immeubles d'un quartier situé dans le sud-ouest de Kobani, ouvrant un second front à l'intérieur même de la ville kurde, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Deux drapeaux noirs du mouvement intégriste flottaient toujours mardi matin à l'est de la ville, où l'EI a effectué une percée lundi, a par ailleurs constaté un journaliste de Reuters situé du côté turc de la frontière.

La correspondance à 13h de Philippe Randé

La coalition conduite par les États-Unis a mené deux raids aériens tandis que des échanges de coup de feu isolés ont été entendus. Les djihadistes ont fait usage d'armes lourdes et tiré des obus sur Kobani, a déclaré à Reuters une haute responsable kurde, Asya Abdullah.

La stratégie des frappes de la coalition internationale emmenée par les Etats Unis est-elle la bonne ? Le général Vincent Desportes, ancien directeur de l'école militaire, aujourd'hui professeur associé à Sciences Po répond au micro de Vanessa Descouraux

Ici arrive la limite des bombardements aériens.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.