Tsai Ing-wen, leader du parti d'opposition et Eric Chu, candidat du Kuomintang
Tsai Ing-wen, leader du parti d'opposition et Eric Chu, candidat du Kuomintang © MaxPPP / Ritchie B. TONGO

Les Taïwanais s'apprêtent à élire leur président et leurs députés ce samedi. Selon les sondages, le parti de l’opposition, le Parti Démocratique Progressiste (PDP) est donné gagnant contre le président sortant Ma Ying-Jeou, du Kuomintang (KTM).

Ce sont des élections qui vont faire parler d’elles… Ce samedi, les Taïwanais doivent élire leur nouveau président et leurs députés au parlement. Les sondages donnent le parti d'opposition vainqueur. Parti qui ne cache pas sa méfiance vis-à-vis de la République Populaire de Chine

Si l’opposition remporte ces élections et la majorité des sièges au parlement, cela devrait changer les relations que Taipei entretient avec Pékin depuis des années. Tsai Ing-wen, leader du PdP, pourrait être la première femme à accéder au pouvoir à Taïwan.

Chine/Taïwan : des relations compliquées

Le président sortant, Ma Ying-Jeou, a participé, le temps de son mandat, au rapprochement avec la République Populaire de Chine. En novembre dernier, une rencontre historique a eu lieu entre le président taïwanais et Xi Jinping, le président chinois pour la première fois depuis la fin de la guerre civile en 1949. Un sommet vu d’un mauvais œil par le parti de l’opposition et par la plupart des taïwanais.

En effet, le pays craint que le géant chinois ne pèse trop dans la balance des échanges commerciaux et dans la lutte identitaire amorcée par Taiwan depuis longtemps. Car la Chine a toujours considéré que la République de Chine (dite Taïwan) faisait partie intégrante du pays.

En 2014 et en 2015, le monde entier était témoin des manifestations des étudiants au parlement et dans les rues pour forcer le pouvoir en place a arrêter les pactes commerciaux avec la Chine. Plusieurs centaines de milliers de personnes étaient descendues dans la rue pour protester contre le rapprochement entre Pékin et Taipei.

Le résultat des élections pourrait provoquer un gel des relations entre les deux pays, empêchant la Chine d'accroître son influence sur l'île.

►►►Écoutez le reportage de Dominique André à Taipei

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.