Les Américains vaccinent à vitesse grand V depuis l'apparition du vaccin Pfizer le 14 janvier dernier. Cette campagne de vaccination massive devrait durer jusqu'en juin. Pour atteindre l'immunité collective, 70% à 80% des 328 millions d'habitants doivent être vaccinés.

Les États-Unis vaccinent de partout, y compris dans la voiture
Les États-Unis vaccinent de partout, y compris dans la voiture © Getty / Brittany Murray/MediaNews Group/Long Beach Press-Telegram via Getty Ima

Les premières doses du vaccin développé par l'Américain Pfizer ont été livrées aux États-Unis le 14 janvier. À ce moment-là, le virus avait fait près de 300 000 morts, et le seuil des 100 000 contaminations par jour avait été franchi le 4 novembre 2020. 

Or, le nouveau président Joe Biden a fait de la vaccination l'un des axes prioritaires de sa politique, dès son arrivée à la Maison Blanche le 20 janvier. L'opération de vaccination repose sur un partenariat public-privé lancé sous Donald Trump pour faciliter et accélérer le développement, la fabrication et la distribution des vaccins contre la Covid-19. Aujourd'hui, les Américains sont entre deux et trois fois plus nombreux à être vaccinés que la France (en rapport avec la population). 

Un calendrier très serré

Le 11 janvier, le vaccin Pfizer obtient le feu vert des autorités sanitaires américaines, la Food and Drug Administration (FDA). La vaccination commence dès le 14. On assiste alors à un ballet incessant de camions réfrigérés FedEx et UPS à travers tout pays pour livrer les doses du précieux sérum dans des hôpitaux. Le vaccin doit être conservé sans interruption à une température de -70 degrés, mais qu'importe, la logistique suit. 145 lieux livrés le premier jour, puis 500, puis 1 000. Les centres de vaccination installés en urgence dans les hôpitaux reçoivent les seringues et les masques nécessaires au personnel en même temps que les doses. Tout ceci organisé par l'État fédéral.

Priorité aux soignants puis aux séniors puis aux enseignants

Contrairement à la France qui, au début, accorde la priorité de sa vaccination aux plus de 75 ans, les États-Unis misent en premier sur la protection des soignants. Puis les résidents des maisons de retraite reçoivent le vaccin, comme le préconisent les centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC). Cette campagne de vaccination devrait durer jusqu'en juin. Au 22 mars, les Américains ont déjà vacciné 100 millions de doses.

Les enseignants font désormais également partie des personnes prioritaires notamment pour pouvoir rouvrir les établissements scolaires. 

Pour faire face au scepticisme d'une partie de l'opinion face au vaccin, une grande campagne de communication a été lancée très tôt. Son coût : 250 millions de dollars. Et si sur certains territoires, les séniors sont réticents face à la vaccination, alors on descend l'âge prioritaire. C'est ainsi qu'en Floride, les plus de 50 ans peuvent se faire vacciner (contre les plus de 65 ans habituellement). Par ailleurs, 17 États ont d'ores et déjà annoncé qu'ils vaccineraient tous les adultes qui le souhaitent en mars ou au plus tard en avril. De son coté, Joe Biden a promis que tous les adultes seraient éligibles à recevoir le vaccin à partir du 1er mai

"Cela ne veut pas dire que tout le monde aura reçu une injection mais vous pourrez faire la queue pour obtenir un rendez-vous."

Des vaccins achetés très tôt

Les États-Unis ont commandé des centaines de millions de doses des vaccins Pfizer-BioNTech, Johnson et Johnson et Moderna bien avant de savoir s'ils étaient efficaces, et bien avant d'avoir obtenu le feu vert des autorités sanitaires. Un nombre de commandes suffisant : ils vont recevoir d’ici le mois de mai assez de doses pour vacciner l’ensemble des adultes du pays. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

De plus, le pays a été touché par le variant britannique plus tard que l'Europe, ce qui a permis entretemps de vacciner à tour de bras.

100 millions de doses administrées  

Les États-Unis ont passé le cap des 100 millions de doses vendredi 19 mars dernier, comme l'avait annoncé Joe Biden. Près d’un adulte sur quatre a reçu au moins une dose, et 12,5 % des adultes ont reçu les deux.
Coté séniors : 65% des plus de 65 ans ont reçu une dose, et 30% les deux.  

Objectif : atteindre l'immunité collective 

Le rythme de vaccination aux Etats-Unis s'accélère depuis ces derniers jours. 2,4 millions de doses sont administrées chaque jour, contre un million par jour au début.

Pour atteindre l'immunité collective, 70% à 80% de la population (soit environ 250 millions de personnes sur 330 millions d'habitants), doit avoir reçu les deux doses de vaccin.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Joe Biden promet même la possibilité de se retrouver en famille et avec des amis en petits comités pour la fête nationale du 4 juillet.

Les vaccinodromes et les drive-ins

Les Américains ont très vite organisé des "vaccinodromes" dans le pays, ces stades de baseball, ces Palais des congrès et autres parkings où l'on vaccine à la chaîne.

Le Palais des congrès de Riverside (Californie) a été transformé en vaccinodrome. Le parking a été transformé en "salle" d'attente
Le Palais des congrès de Riverside (Californie) a été transformé en vaccinodrome. Le parking a été transformé en "salle" d'attente © Getty / Gina Ferazzi / Los Angeles Times via Getty Images

Et les Américains étant les inventeurs du drive-in, ce cinéma en plein air où l'on regarde le film assis dans sa voiture, ils ont fait la même chose avec les tests PCR, puis avec les vaccins. Aux États-Unis en effet, pas besoin de faire la queue devant un laboratoire ou dans une salle d'attente d'hôpital : on vous vaccine à travers la fenêtre de votre véhicule.

Cet enseignant californien se fait vacciner au Long Beach Dignity Health Sports Park
Cet enseignant californien se fait vacciner au Long Beach Dignity Health Sports Park © Getty / Brittany Murray/MediaNews Group/Long Beach Press-Telegram via Getty Images

À New York, un habitant sur quatre est désormais vacciné

Les lycées new yorkais rouvrent ce 22 mars. Et à l'heure où en France, les restaurants et bars sont fermés depuis cinq mois, ceux de la mégalopole américaine ont rouvert pour la Saint Valentin.

Les restaurants à New York ont rouvert depuis la Saint Valentin le 14 février 2021
Les restaurants à New York ont rouvert depuis la Saint Valentin le 14 février 2021 © AFP / Angela Weiss /

La jauge aujourd'hui est fixée à 50% de leur capacité. De quoi redonner des couleurs aux commerçants et aux habitants de Big Apple. Pourquoi une telle différence ? Parce qu'un quart de la population new yorkaise est déjà vaccinée.