coup de force des pro-russes à slaviansk, dans l'est de l'ukraine
coup de force des pro-russes à slaviansk, dans l'est de l'ukraine © reuters

Pas de décision précipitée . Les 28 ministres des Affaires étrangères européens réunis à Luxembourg ont choisi de privilégier la voie diplomatique avant une réunion importante avec la Russie ce jeudi. Selon le ministre français Laurent Fabius, si la situation empirait en Ukraine, il pourrait y avoir "la semaine prochaine une réunion des chefs d'État et de gouvernement au niveau de l'Europe, qui pourra prendre de nouvelles sanctions" contre la Russie.

Les dirigeants européens temporisent en attendant la réunion prévue jeudi à Genève entre l'Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l'Union européenne pour trouver une issue à la crise politique. Laurent Fabius a confirmé des discussions téléphoniques avec ses homologues russe, américain et allemand.

Les 28 pays européens privilégient la voie diplomatique dit Pierre Bénazet

Lors d'un sommet à Bruxelles le 6 mars, les dirigeants de l'Union avaient décidé d'imposer de premières sanctions et la possibilité de les renforcer dans l'avenir. Catherine Ashton, la chef de la diplomatie de l'Union européenne, a annoncé lundi soir qu'une nouvelle la liste des personnalités russes et ukrainiennes pro-russes sous le coup de sanctions allait être établie.

François Hollande et Barack Obama se sont entretenus et ont annoncé "la même inquiétude face aux événements violents" de ces derniers jours. Dans un communiqué de l'Elysée, François Hollande ajoute espérer " que la réunion prochaine d'un groupe de contact puisse amorcer un dialogue."

Barack Obama a discuté, à nouveau par téléphone, avec Vladimir Poutine lundi soir. Un coup de fil à l’initiative de Vladimir Poutine, au cours duquel les deux présidents ont campé sur leurs positions.

Les explications de Charlotte Alix à New York

Le directeur de la CIA, John Brennan, était à Kiev ce week-end, officiellement dans le cadre d'une tournée "de routine" en Europe.

Pas d'offensive de l'armée ukrainienne

Sur le terrain, les troupes ukrainiennes n'ont toujours pas lancé l'offensive annoncée par le président par intérim contre les militants séparatistes pro-russes. Au total, ces séparatistes qualifiés de "terroristes" par Kiev, se sont emparés des bâtiments officiels d'une dizaine de villes dans l'est du pays.

__

Donetsk attend l'offensive de l'armée témoigne Marc Crépin sur place

Le président russe Vladimir Poutine a, par la voie de son porte-parole, souligné qu'il était très inquiet de la situation ukrainienne, affirmant recevoir de nombreux appels à l'aide d'habitants de l'est de l'Ukraine. Moscou a mobilisé plus de 40.000 hommes le long des 1.500 km de frontières communes avec son ancienne république satellite.

Poutine doit décider s'il répond à l'appel à l'aide des séparatistes ukrainiens dit Pierre Ludwig

Vers un référendum national ?

Le président ukrainien par intérim a semblé faire un pas de conciliation dans la journée. Olexander Tourtchinov n'exclut désormais pas un référendum national, en parallèle de l'élection présidentielle fixée au 25 mai, sur l'organisation institutionnelle de l'Ukraine. C'est une réponse à une partie des revendications de certains habitants pro-russes des régions de l'est.

Militaires français et américains en Mer Noire

Les pays de l'OTAN ont renforcé leur présence en Mer Noire officiellement pour rassurer les pays est-européens après l'annexion de la Crimée par les troupes russes. Un destroyer lance-missile américain est sur place, ainsi qu'un navire militaire français, le Dupuy de Lôme, chargé de collecter des renseignements.

Ce déploiement a été salué par le président roumain Traian Basescu qui n'exclut pas de plus larges manœuvres des troupes de l'OTAN sur son territoire à l'avenir sans fournir plus de détails.

Les séparatistes pro-Russes occupent une dizaine de villes
Les séparatistes pro-Russes occupent une dizaine de villes © Radio France / Idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.