Migrants syriens
Migrants syriens © Radio France / Omar Ouahmane

L'Union Européenne essaiera ce jeudi soir et demain vendredi à Bruxelles de trouver avec la Turquie une solution pérenne pour résoudre la crise des migrants. Objectif : résorber le flux de personnes qui se bousculent aux portes de l' Europe.

Les Vingt-Huit et la Turquie doivent finaliser un projet élaboré le 7 mars sous la houlette de la cancelière allemande Angela Merkel et de son homologue turc.

Ce projet prévoit : une hausse de l'aide Européenne (jusqu'à six milliards d'euros réclamés par la Turquie) pour construire et entretenir des camps de migrants en Turquie,la libéralisation des visas pour les citoyens turcs et l'accélération du processus d'adhésion de la Turquie en contrepartie de la contribution d'Ankara à la résolution de la crise migratoire.

Il sera difficile d'obtenir l'assentiment de tous les Etats membres,déclare un haut diplomate français à l'AFP.

Un migrant dans "l'illégalité" contre un demandeur d'asile

L'accord prévoit le retour en Turquie de toutes les personnes arrivant illégalement sur les îles grecques via la Turquie selon le principe du"un pour un" : pour chaque migrant indésirable reconduit en Turquie, un éfugié en Turquie serait accueilli dans un Etat membre de l'Union.

►►► ECOUTEZ | Notre correspondant à Bruxelles Quentin Dickinson sur le système du "un pour un" :

L'idée est de dissuader les réfugiés de tenter la voie illégale par le biais des passeurs, car ils n'auraient alors aucune chance d'obtenir l'asile.

C'est incompréhensible que l'Europe ne parvienne pas à régler le cas de quelques milliers de malheureux.

Jean-Claude Juncker, Président de la Commission Européenne, soutient ce pré-accord. Il s'est exprimé en ce sens ce jeudi midi avant le début des discussions :

Pourquoi un réfugié prendrait le bateau et courrait les plus grands risques alors que dès le début il sait qu'il sera renvoyé en Turquie? (...) Avec cet accord, on prive les trafiquants de clients"

L'Europe devra répartir les réfugiés équitablement

L'Union européenne devra ensuiterépartir les réfugiés qu'elle accepte de prendre. Angela Merkel a réaffirmé mercredi qu'elle voulait dela solidarité . Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a reconnu que ce projet d'accord, qui soulève des problèmes juridiques, devra être "rééquilibré" pour être approuvé par les Vingt-Huit.

La politique des visas assouplie pour les Turcs?

Ankara réclame également en échange de "sa bonne volonté" un assouplissement voire l'exemption des visas pour les ressortissants turcs souhaitant s'installer en Europe.

►►►CONSULTER | La déclaration des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union Européenne du 7 mars 2016

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.