Les contrôles vont être renforcés aux frontières extérieures
Les contrôles vont être renforcés aux frontières extérieures © MaxPPP

Les Etats membres de l'UE ont décidé ce vendredi de mettre en place "immédiatement" des contrôles renforcés aux frontières extérieures de l'Union, y compris en ce qui concerne les ressortissants européens, lors d'une réunion extraordinaire à Bruxelles demandée par la France.

Une semaine après les attentats parisiens du 13 novembre, les ministres européens de l'Intérieur et de la Justice se sont réunis ce vendredi à Bruxelles à la demande de la France pour remédier aux failles sécuritaires constatées après les attaques.

Révision des règles de Schengen

A l’issue de cette réunion extraordinaire, les Etats membres ont décidé de mettre en place "immédiatement" des contrôles renforcés aux frontières extérieures de l'Union, y compris en ce qui concerne les ressortissants européens. Ils ont également demandé une révision rapide des règles de l'espace Schengen, pour qu'elles permettent de réaliser des contrôles systématiques sur des ressortissants européens, alors que les contrôles approfondis systématiques sont aujourd'hui réservés à ceux des Etats tiers.

Vérifications biométriques

Une décision similaire avait déjà été prise en février, mais elle n'avait pas été suffisamment appliquée. Les ministres européens ont ainsi décidé de faire pression sur la Commission européenne pour qu'elle propose une révision ciblée du Code Schengen. Cette révision doit permettre des contrôles systématiques sur des citoyens européens, incluant des vérifications d'information biométrique.

En outre, les ministres de l'Intérieur et de la Justice de l'Union européenne se sont mis d'accord pour adopter un fichier des passagers aériens, mieux contrôler la circulation des armes à feu et renforcer les contrôles aux frontières. Bernard Cazeneuve avait demandé la semaine dernière une réunion en urgence du conseil "justice et affaires intérieures" de l'UE pour prendre des mesures censées prévenir le risque d'attaques sur le sol européen.

Bernard Cazeneuve presse le Parlement européen d’adopter le PNR

"Nous avons donc pris aujourd'hui des décisions fortes et opérationnelles avec des résultats qui doivent advenir avant la fin de l'année sur les trois principaux sujets, le PNR européen, les armes à feu et le renforcement des contrôles aux frontières extérieures", a expliqué le ministre de l’Intérieur.

La France plaidait en particulier pour l'instauration d'un PNR, pour Passenger Name Record en anglais, un fichier permettant de retracer les déplacements des voyageurs aériens. La création de ce fichier étant pour l'instant bloqué par le Parlement européen, qui s'inquiète des menaces qu'il pourrait représenter pour les libertés publiques, Bernard Cazeneuve a exhorté les députés à aller vite en besogne. Manuel Valls, a, déclaré, de son côté, ne pas "comprendre" l’opposition des eurodéputés.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.