[scald=40375:sdl_editor_representation]TRIPOLI (Reuters) - Les opposants de Mouammar Kadhafi se sont peut-être emparés de Bani Walid, l'une des dernières poches de résistance des forces loyalistes où le "guide de la Révolution" lui-même pourrait avoir trouvé refuge, selon un membre du Conseil national de transition (CNT).

"Le conseil militaire de Tripoli vient de m'apprendre il y a quelques minutes qu'il est possible que Bani Walid rejoigne les révolutionnaires et qu'elle soit sous leur contrôle", a déclaré Ali Tarhouni, ministre du Pétrole au sein du CNT, lors d'une conférence de presse.

Une source libyenne en contact avec les habitants de cette localité située dans le désert, à 150 km au sud-ouest de la capitale, a fait savoir vendredi que des chefs de tribus locaux souhaitaient négocier pour éviter une confrontation armée.

Sans préciser ce qui aurait amené les forces fidèles au CNT à prendre la ville, Ali Tarhouni a ajouté qu'aucun combat n'avait eu lieu à Bani Walid.

"En ce qui concerne Kadhafi lui-même (...), nous savons où il se trouve", a-t-il ajouté.

Mohammed Abbas, Jean-Philippe Lefief pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.