Un soldat russe en Crimée
Un soldat russe en Crimée © REUTERS/Shamil Zhumatov / REUTERS/Shamil Zhumatov

Les forces russes ont pris d'assaut samedi la base aérienne de Belbek en Crimée après l'expiration d'un ultimatum adressé aux militaires ukrainiens qui y étaient retranchés.

Un soldat ukrainien a été blessé et le commandant de la base a été emmené pour des discussions à l'issue de cette opération menée à l'aide de véhicules blindés, d'armes automatiques et de grenades assourdissantes. Située près de Sébastopol, la base de Belbek était l'une des rares installations militaires de Crimée toujours contrôlées par l'Ukraine après le rattachement de la péninsule à la Russie.

Les précisions en Ukraine de Sébastien Gaubert

Un journaliste de Reuters a vu des blindés briser une partie du mur d'enceinte pour forcer le passage. Il a aussi entendu des coups de feu et des détonations. Le colonel Iouliy Mamtchour, commandant de la base, a déclaré qu'un soldat ukrainien avait été blessé et que lui-même était emmené par les Russes dans un lieu inconnu pour des discussions. Prié de dire s'il pensait revenir indemne, il a répondu :

Cela reste à voir. Pour le moment, nous entreposons toutes nos armes dans l'arsenal de la base.

Auparavant, son adjoint Oleg Podovalov avait déclaré que les forces russes avait adressé un ultimatum d'une heure aux militaires ukrainiens pour obtenir leur reddition. Après l'entrée des Russes sur la base, un officier ukrainien ayant seulement donné son prénom, Vladislav, a déclaré: "Nous n'avons pas provoqué cela, c'est de la force brutale. [...] Depuis la Seconde Guerre mondiale, c'était un endroit tranquille puis ils sont arrivés en tirant, avec des blindés et des grenades. Je suis très inquiet maintenant."

Le colonel Mamtchour a déclaré à ses hommes qu'il informerait l'état-major de leur résistance. Les soldats ont applaudi et scandé "Vive l'Ukraine". Plusieurs d'entre eux se sont pris en photo devant le drapeau ukrainien, qui continuait de flotter au-dessus de la base.

La prise de contrôle de la Crimée par la Russie s'est globalement déroulée sans effusion de sang, hormis la mort d'un militaire ukrainien dans une fusillade à Simféropol. Le ministère ukrainien de la Défense a déclaré vendredi que les bases militaires de Crimée étaient toujours officiellement sous autorité ukrainienne mais que la plupart d'entre elles étaient désormais occupées par les forces russes, qui ont hissé le drapeau tricolore de leur pays.

► ► ► LIRE | Crimée : "on est dans une situation dangereuse"(T. Gomard, IFRI)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.