Le mouvement des gilets jaunes français a fait boule de neige au-delà des frontières.En Belgique la mobilisation se faisait déjà sentir vendredi matin où plusieurs dépôts de carburants étaient bloqués en Belgique, mais aucune perturbation n'était encore constatée sur les routes. Ils sont également prévus pour samedi.

Le prix du diesel flambe également en Belgique et mobilise des "gilets jaunes" d'outre-Quiévrain
Le prix du diesel flambe également en Belgique et mobilise des "gilets jaunes" d'outre-Quiévrain © Maxppp / La voix du Nord / Philippe PAUCHET

Si la France est dans le trio de tête en Europe pour ce qui est du niveau de TVA et d’accises (TIPP) sur les carburants., la Belgique arrive en quatrième position de ce palmarès. En Belgique aussi, les manifestants entendent marquer leur mécontentement par rapport à l'augmentation du prix du carburant,.

Des barrages sont prévus ce samedi en ordre dispersé, essentiellement en Wallonie et à Bruxelles. Souvent il s’agit de bloquer des raffineries ou des dépôts de carburant comme à Feluy, dans le Hainaut belge, au bord de l’autoroute Paris-Bruxelles.

Ils sont une cinquantaine de gilets jaunes à bloquer le dépôt de carburant. Selon Bruno, la taxation est clairement en augmentation permanente en Belgique : "Chaque nouveau gouvernement pond ses taxes à lui, augmente la charge financière auprès du peuple, parce que c’est le peuple qui est visé, le peuple qui devient de plus en plus pauvre et ça dure déjà depuis quelques années. Ce n’est pas spécialement le gouvernement Michel mais il remet une couche en plus."

En Belgique, le diesel est à plus d’un euro soixante le litre

Pour Logan, l'augmentation du prix du diesel ça représente soixante euros dépensés en plus, tous les mois : "C’est un ensemble… Quand on voit son caddie qui n’est pas rempli. C’est de voir le plein de sa voiture qu’on n’arrive jamais à faire… Et on doit prendre des décisions : manger un peu plus ou mettre un peu plus d’essence. Moi je travaille, j’ai beaucoup de kilomètres à faire tous les jours et honnêtement ça arrive à un point où on ne s’en sort plus."

Le mouvement des gilets jaunes est né à la suite de la mobilisation française, mais en Belgique le prix des carburants n’est que l'un des aspects d’une grogne beaucoup plus large, comme pour Boris qui se réchauffe quelques instants dans sa voiture : "Ils nous augmentent notre salaire indirect pour nous le pomper sur notre salaire direct. On baisse les cotisations sociales et d’un autre côté on le pompe. Si c’est pour descendre d’un euro d’un côté et augmenter de deux euros de l’autre, c’est complètement stupide. Je trouve normal qu’il y ait des gens qui se posent la question si ça vaut encore la peine d’aller travailler."

Les gilets jaunes ont pour l’instant levé leur blocage de Feluy car le groupe pétrolier a effectué un référé en justice, mais la mobilisation continue sur les réseaux sociaux et les gilets jaunes se sont juste déplacés vers un autre barrage, ailleurs en Belgique.

Pour consulter les prix en France 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.