Caméra de surveillance sur la place Tiananmen
Caméra de surveillance sur la place Tiananmen © Reuters / Davd Gray

Connaissez-vous le Sanbu ? En chinois, c'est le département numéro trois de l'armée, chargé des écoutes et de l'interception des communications satellites. Un département au cœur d'un scandale d'écoutes en France, révélé cette semaine...

En Chine, le Sanbu est complété par le Seubou, chargé de la guerre électronique, un sujet de préoccupation majeur à Bruxelles depuis un an.

Philippe Reltien, notre correspondant à Pékin, détaille le rôle de chacun...

1 min

En Chine, chaque région possède son propre système d'espionnage et des cibles précises

Car dans son numéro de jeudi, L'Obs révèle comment l'ambassade de Chine a installé récemment, dans une annexe sur la commune de Chevilly-Larue, dans le Val-de-Marne. D'immenses paraboles à peine masquées, qui doivent officiellement servir à communiquer avec Pékin.

Mais pour les spécialistes de l'espionnage électronique, cela ne fait aucun doute : il s'agit bien de pouvoir intercepter des communications satellites d'industriels ou de hauts fonctionnaires entre l'Europe et l'Afrique ou le Moyen-Orient.Et la France n'aurait aucun moyen légal d'y mettre fin... Philippe Baumard, professeur à l'école de guerre économique à Paris, répond à Emmanuel Leclère

3 min

"Toutes les grandes nations ont des systèmes d'écoute, mais un système aussi visible, c'est surprenant"

Toutes les grandes nations ont des systèmes d'écoute déployés dans des pays amis ou moins amis. La teneur de la révélation, c'est-à-dire d'un système aussi visible et aussi facile à détecter, ça c'est suprenant.

C'est un territoire chinois : on n'est pas sur de l'espionnage pris la main dans le sac dans un territoire national, puisque c'est un territoire donné à la Chine. Ils sont chez eux. Mais c'est tellement évident, on voit les antennes sur Google ou dans la rue. On est loin des ambassades qui ont des dômes cachés, comme dans les ambassades américaines ou russes à Paris...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.