Gaza le soir
Gaza le soir © Radio France

La fête du Fitr, qui marque lundi la fin du Ramadan, aurait dû être un jour de joie pour les habitants de Gaza. Mais les Palestiniens pleurent surtout leurs morts et la nourriture se fait rare. Notre envoyée spéciale Mathilde Lemaire les a rencontrés.

Les familles se rendent au cimetière, se recueillent sur les tombes de leurs proches tués au cours de cette guerre ou des précédentes.

Une journée de prière. En temps ordinaire c'est aussi une journée de fête avec le traditionnel repas de poissons à Gaza. Mais les pêcheurs ne sortent plus depuis trois semaines.

Alors dans les assiettes, les habitants ont droit à du thon en boîte. Cyrine dont la maison a été bombardée n'a pas le coeur à la fête : "Cela n'est pas un Aïd comme les autres. Ce n'est pas un Aïd. D'habitude, on sacrifie des moutons, des chèvres, mais là, on sacrifie notre jeunesse, nos frères et parfois nos enfants. D'habitude on rend visite à la famille, aux amis. Mais là, on reste terré. On se repasse en boucle le film des derniers jours. C'est triste. J'espère que la victoire et la paix seront bientôt là."

D'habitude, on sacrifie des moutons, des chèvres, mais là, on sacrifie notre jeunesse, nos frères et parfois nos enfants...

Cyrine, une habitante de Gaza

L'Aïd est aussi une fête des enfants qui savourent un étonnant moment d'insouciance. Ils chantent, dansent, mangent quelques bonbons. Quand il y en a. Quelques fillettes ont sorti leurs jolies robes. Mais la guerre est toujours là. L'armée israëlienne largue des tracts avec les noms des chefs du Hamas et les noms de ceux qui sont toujours recherchés. Des noms en guise d'avertissement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.