Une religieuse vote à Dublin lors du référendum sur le mariage gay
Une religieuse vote à Dublin lors du référendum sur le mariage gay © Reuters / Cathal McNaughton

Depuis 8 heures ce vendredi matin jusqu'à 23 heures ce soir, les Irlandais se rendent aux urnes pour voter pour ou contre le mariage homosexuel. Malgré l'influence de l'Eglise catholique en Irlande, la réforme pourrait bien être adoptée, selon les sondages réalisés juste avant le référendum.

Il s'agirait d'une véritable révolution, quand on sait qu'il y a seulement 22 ans l'homosexualité était dépénalisée en Irlande.

Le reportage de Franck Mathevon à Dublin

1 min

Le reportage de Franck Mathevon à Dublin

Aujourd'hui pourtant, seuls deux des 166 députés militent dans le camp du "No" et le Premier ministre Enda Kenny, catholique pratiquant, s'est même rendu dans un bar gay.

Mon message au peuple est le suivant: si vous croyez à l'égalité, ne vous reposez pas sur vos lauriers, ne laissez pas d'autres choisir. Dites oui, oui à l'intégration, aux droits, à l'amour et à l'égalité.

La hiérarchie de l'Eglise catholique, fragilisée par des scandales à répétition, notamment des accusations d'abus sexuels, s'est tenue à l'écart de la campagne officielle, même si l'archevêque de Dublin est intervenue dans la dernière ligne droite. Mais la société irlandaise a beaucoup évolué ces dernières années , l'influence de l'Eglise allant en diminuant.

[►►► A lire aussi le zoom de la rédaction: "L'Irlande sur le point de dire "oui" au mariage homosexuel](L'issue de la consultation permettra aussi de voir si le fossé entre les électorats urbains et ruraux persiste: en 1995, lorsque les Irlandais avaient légalisé le divorce à une infime majorité, seules cinq des 30 circonscriptions hors de Dublin avaient soutenu cette réforme.)

Les résultats du référendum devraient être connus samedi mais les instituts de sondage donnent les partisans du mariage homosexuel vainqueurs avec deux fois plus de voix que ses adversaires.

L'issue de la consultation permettra aussi de voir si le fossé entre les électorats urbains et ruraux persiste: en 1995, lorsque les Irlandais avaient légalisé le divorce à une infime majorité, seules cinq des 30 circonscriptions hors de Dublin avaient soutenu cette réforme .

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.