Ce samedi en début d'après-midi, ils étaient déjà des dizaines de milliers : les opposants aux armes à feu ont défilé à Washington en direction du Capitole, et dans 800 autres villes. Leur mot d'ordre : "Plus jamais ça", après la tuerie du lycée de Parkland, en Floride.

Plusieurs dizaines de milliers de manifestants étaient réunis à Washington ce samedi.
Plusieurs dizaines de milliers de manifestants étaient réunis à Washington ce samedi. © Radio France / Grégory Philipps

"Plus jamais ça !", mais aussi des slogans comme "Silence NRA", "Des livres, pas des balles", "Aujourd'hui on marche, demain on vote" : c'est ce que l'on pouvait lire, ce samedi, sur les pancartes des manifestants qui ont défilé pour la "Marche pour nos vies", contre l'autorisation des armes aux Etats-Unis. 

Selon les constatations du correspondant de Radio France à Washington, il était impossible de dire précisément combien étaient les manifestants, mais la Pensylvannia avenue, qui mène au Capitole était noire de monde ce samedi après-midi, avec une foule si compacte qu'elle peut à peine bouger. Tout le monde ici a une certitude : celle de participer à une manifestation qui marquera l'histoire des Etats-Unis.

Le défilé, en route vers le Capitole, est passé devant le Trump Hotel, sur un parcours où les armes à feu ont été interdites, selon des pancartes officielles, de 6h du matin à 20h. 

C'est à Washington que le plus grand défilé était attendu, avec 500 000 participants espérés, dont plusieurs lycéens de Parkland en Floride, où un tireur a abattu 17 personnes le 14 février dernier. Parmi ces jeunes lycéens, le premier à avoir pris la parole à la tribune à Washington ce samedi est Cameron Kasky : c'est lui et plusieurs de ses camarades qui, au lendemain de cette tuerie, ont pensé cette mobilisation :

"Nous sommes la génération née au moment du massacre de Columbine : nous sommes le changement".

Pendant plusieurs minutes, Emma Gonzales, devenue l'une des porte-parole des survivants de Parkland a imposé à l'immense foule qui s'était pressée sur Pensylvannia Avenue un très long silence : "Depuis que je suis montée sur scène, il s'est passé six minutes et vingt secondes. Le tireur vient de cesser ses coups de feu et d'abandonner son fusil automatique. Battez-vous pour vos vies avant que quelqu'un d'autre n'ait à le faire pour vous", lance-t-elle à la foule qui l'acclame. 

Dans la foule, des lycéens, des étudiants, mais aussi leurs parents ou leurs grands-parents : "Je suis tellement fière de ce que ces adolescents sont en train d'accomplir", dit une mère de famille venue avec sa fille de 14 ans. L'immense foule rassemblée semble penser que le moment est venu pour enfin mieux contrôler les armes aux Etats-Unis. Au total, plus de 800 marches sont organisées partout aux Etats-Unis ce samedi, pour défendre la même cause. 

A la fin de la manifestation, des bénévoles ont incité les jeunes à s'inscrire sur les listes électorales. A l'approche des élections de mi-mandat, c'est peut-être dans les urnes que les transformations pourront se concrétiser pour ces Américains qui aspirent au changement.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.