Si la Catalogne déclare seule son indépendance, son autonomie sera suspendue par Madrid. Avec d'autres conséquences symboliques, comme la mise en coupe réglée des médias publics.

Chez TV13, le directeur est menacé de destitution par le gouvernement
Chez TV13, le directeur est menacé de destitution par le gouvernement © Radio France / Mathilde Dehimi

TV3, télévision de service public catalane était dans le viseur de Madrid depuis longtemps, pour sa couverture du référendum jugée partisane par Mariano Rajoy. 

TV3, rédaction télé d'un média catalan, est dans le viseur du gouvernement espagnol.
TV3, rédaction télé d'un média catalan, est dans le viseur du gouvernement espagnol. © Radio France / Mathilde Dehimi

L'un des plus anciennes salariées ne s'attendait pas à une reprise en main aussi rapide, et explique ce qu'elle ressent : 

Du dégoût, de la surprise, aussi, de voir qu'ils ont choisi de s'attaquer à cet objectif si sensible que sont les médias de service public

En coulisses, les plateaux de TV3
En coulisses, les plateaux de TV3 © Radio France / Mathilde Dehimi

Le directeur Vicent Sanchis, lui, tente de rassurer ses équipes, même s'il sera probablement limogé si le Sénat valide la demande de Rajoy à la fin de la semaine : 

Comme ils sont obsédés par nous, qu"ils nous voient comme leurs pires ennemis, ils disent qu'on a endoctriné les enfants, qu'on diffuse de fausses informations. Alors oui, il y a des chances qu'on me destitue

Le directeur de TV3, inquiet des conséquences de la crise catalane sur le travail fourni par sa rédaction
Le directeur de TV3, inquiet des conséquences de la crise catalane sur le travail fourni par sa rédaction © Radio France / Mathilde Dehimi

Ramon Pellicer est le "Laurent Delahousse" local, qui a connu de nombreux directeurs remplacés au gré des différentes majorité au parlement catalan, mais aujourd'hui, avec l'article 155, il estime que la situation est différente : 

"Les hommes politiques qui veulent l'appliquer espère retrouver la neutralité. TV3 est un média neutre. Si on change de chef et qu'il me dit 'non tu ne peux pas ouvrir ton journal avec cette info', et que je pense honnêtement qu'il faut le faire, alors oui, là on a un problème".

Ramon Pellicer , présentateur vedette de TV3
Ramon Pellicer , présentateur vedette de TV3 © Radio France / Mathilde Dehimi

La rédaction n'envisage pourtant pas de démissionner, plutôt de 'désobéir', comme l'explique une journaliste du service politique : "Il y a consensus au sein de la rédaction pour continuer notre travail, comme on l'a toujours fait jusqu'à présent. nous ne savons pas comment faire, mais en cas d'attaque, on réagira".

Les associations de journalistes, y compris les plus critiques envers TV3 ont apporté leur soutien, au nom de la liberté d'expression.

Des affiches diffusées par" Omnium" l'association catalane qui fait la promotion de l'indépendance, et dont le directeur de TV3 est aussi vice-président.
Des affiches diffusées par" Omnium" l'association catalane qui fait la promotion de l'indépendance, et dont le directeur de TV3 est aussi vice-président. © Radio France / Mathilde Dehimi
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.