Le naufrage, dimanche, du pétrolier iranien "Sanchi" au large de la Chine cause une marée noire longue de près de 20 km. Depuis 1991, c'est la plus grave jamais subie par les ecosystèmes marins.

Le pétrolier "Sanchi" a brûlé pendant une semaine avant de couler, dimanche
Le pétrolier "Sanchi" a brûlé pendant une semaine avant de couler, dimanche © AFP / Handout / TRANSPORT MINISTRY OF CHINA

Après avoir brûlé pendant une semaine, le pétrolier Sanchi, exploité par la National Iranian Tancker Co, a sombré au large de l'archipel japonais des Ryukyu. Le bateau, qui est entré en collision avec un vraquier au large de Shanghai, transportait 136 000 tonnes de condensat, un hydrocarbure brut léger mais très inflammable, qui a causé l'incendie.  

Bien qu'une partie de ce pétrole a brûlé en une semaine, le reste a commencé à se déverser dans la mer de Chine orientale, après son naufrage. Lundi, les autorités japonaises annonçaient que la nappe de pétrole s'étendait sur 20 km. Et elle continue à s'élargir : selon des experts, en sombrant, le navire risque de libérer le mazout qui était nécessaire à son fonctionnement, soit un millier de tonnes d'un pétrole sale, toxique et nocif pour les écosystèmes marins.  

Cette marée noire s'annonce déjà comme la plus grave depuis les dégâts considérables causés par la guerre du Golfe en 1991. Si les chocs d'ampleur massive du même genre remontent pour la plupart aux années 1970 et 1980, de nombreux événements ont marqué les esprits ces dernières années. 

Les plateformes et les puits, pourvoyeurs des plus grosses marées noires 

Ce ne sont pas les naufrages de pétroliers qui sont les plus gros pourvoyeurs de nappes de pétrole à la surface de l'eau. De par leur nature, les plateformes pétrolières et les puits sous-marins sont bien plus dangereux lorsqu'ils sont touchés. 

Deepwater Horizon. En 2010, dans le golfe du Mexique, la plateforme pétrolière américaine Deepwater Horizon, gérée par BP, explose. Les images, impressionnantes, font le tour du monde : on y voit des flammes et des panaches de fumée gigantesques. La catastrophe fait 11 morts parmi le personnel de la plateforme, mais surtout, elle cause la plus grande marée noire jamais connue par les Etats-Unis : 4,9 millions de barils de brut se déversent dans les eaux, soit environ 600 000 tonnes de pétrole. Un an plus tard, un rapport accablait BP, propriétaire du terminal : selon ce rapport, la cause de l'explosion était un défaut dans le coffrage du puits de pétrole exploité par cette plateforme.  

La guerre du Golfe. C'est la marée noire la plus grave jamais observée dans le monde. En janvier 1991, en pleine guerre du Golfe, l'armée irakienne, pour ralentir l'intervention américaine, torpille des terminaux pétroliers, des puits offshore et des pétroliers koweitiens. Au total, entre 1 et 1,5 million de tonnes de pétrole brut s'échappent de ces équipements, polluant au total 560 kilomètres de côtes.  

De nombreux naufrages de pétroliers  

Si le volume d'hydrocarbure déversé est généralement moins important, les naufrages de navires pétroliers ont été plus nombreux ces trente dernières années. 

L'Odyssey. le 11 novembre 1988, le navire britannique Odyssey se brise en deux et sombre au large du Canada, dans l'Atlantique. Les 27 membres de l'équipage disparaissent et 132 000 tonnes de pétrole sont libérées. Mais une partie d'entre elles brûlent sur place. Les équipes d'intervention canadiennes n'ont pas pu se rendre sur place immédiatement pour limiter les dégâts, car les conditions météorologiques étaient particulièrement mauvaises.  

Le Haven. Ce pétrolier venu de Chypre a d'abord brûlé à plusieurs reprises puis coulé, dans le golfe de Gênes en Italie, en avril 1991, avec à son bord 144 000 tonnes de pétrole, dont une partie avait brûlé dans les incendies. La marée noire provoquée par ce naufrage a atteint les côtes de Provence. 

L'ABT Summer. Ce naufrage a aussi eu lieu en 1991, en mai, quelques mois après celui du Haven. Ce pétrolier libérien a brûlé pendant trois jours avant de couler, à 1 300 kilomètres au large de l'Angola. Il transportait une cargaison de 287 000 tonnes.  

Et les marées noires en France ?  

Même si ce sont ceux qui ont le plus marqué les esprits, car ils ont touché les côtes françaises et notamment le littoral ouest, les naufrages de l'Erika en 1999 et du Prestige en Espagne en 2002 ont causé des marées noires beaucoup moins importantes que celles citées précédemment.  

Par exemple, l'Erika, qui a coulé le 12 décembre 1999, ne transportait "que" 30 884 tonnes d'hydrocarbures. Quant au Prestige, naufragé au large de la Galice le 13 novembre 2002, il contenait 77 000 tonnes de fioul.  

En revanche, dans ces deux cas, le produit transporté était du fioul lourd, le plus dangereux des produits bruts à long terme (mais moins toxique à court terme), car il contient des hydrocarbures considérés comme cancérigènes.  

L'arrivée de la marée noire sur les côtes, notamment françaises, a été une catastrophe écologique, touchant des milliers d'oiseaux et obligeant les autorités à mettre en place des opérations de nettoyage extrêmement coûteuses. En 2006, un rapport de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) estimait le préjudice écologique total causé par le naufrage de l'Erika à au moins 371 millions d'euros.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.