Lors de la journée, ces traversées ont coûté la vie à deux fillettes d'environ un et deux ans, noyées après être tombées d'un canot au large de l'île de Ro , dans le sud-est de l'Egée, et à deux réfugiés syriens, victimes d'une crise cardiaque à leur arrivée sur l'île de Lesbos, au nord.

Samedi neuf migrants partis de Libye vers l'Europe se sont noyés et environ 600 autres ont été secourus.

Flou sur la mise en œuvre de l'accord UE-Turquie

Dimanche à Lesbos, principale porte d'entrée en Europe pour des milliers de réfugiés, 800 nouveaux migrants sont arrivés. Le flou régnant encore sur la mise en œuvre de l'accord UE-Turquie, explique ce nouvel afflux comme l’explique un agent français de l'Agence européenne des frontières, Frontex. "L'information va vite circuler que le passage est désormais difficile à cause de l'accord". Cet accord prévoit le renvoi en Turquie de tous ceux arrivés à partir de dimanche en Grèce.

Les nouveaux entrants seront soumis à l'accord et ne pourront pas quitter les îles. Ils devront attendre l'arrivée des experts étrangers. Ce sont eux qui lanceront les procédures pour leur renvoi.

2.300 experts étrangers promis en renfort

Les nouveaux migrants étaient dirigés dans la journée sur le centre d'enregistrement de Moria. Dans ce lieu de transit, on attend "plus de directives" sur la mise en œuvre de l'accord UE-Turquie passé vendredi. Les modalités pratiques ne sont pas encore en place, alors que le pays attend 2.300 experts étrangers promis en renfort par ses partenaires européens.

Pour le moment, Paris et Berlin ont offert 600 policiers et experts de l'asile, et la Roumanie s'est engagée dimanche à envoyer 70 experts et deux embarcations de patrouille. En Turquie, la police portuaire a annoncé dimanche l'arrestation la veille de 210 partants.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.