Saint Petersbourg, Francesco Pisanu au moment de sa libération de prison
Saint Petersbourg, Francesco Pisanu au moment de sa libération de prison © REUTERS/Alexander Demianchuk

Francesco Pisanu, le militant français de Greenpeace détenu depuis septembre en Russie avec 27 autres membres d'équipage du navire Arctic Sunrise, est sorti jeudi de prison mais n'a pas pour autant retrouvé la liberté.

Pour quitter le centre de détention de Saint Petersbourg, le français et d'autres membres de l'équipage ont du verser une caution fixée à 2 millions de roubles (45.000 euros) chacun.

Les 28 membres d'équipage de l'Arctic Sunrise de Greenpeace ont été inculpés de "piraterie", puis, fin octobre, de "hooliganisme". Il n'a pas été clairement énoncé si la première accusation, passible de 15 ans de prison, avait été levée. La seconde est passible de sept ans d'emprisonnement.

L'Arctic Sunrise avait été arraisonné en septembre par un commando héliporté après une action contre une plate-forme pétrolière du géant russe Gazprom dans l'Arctique. Quelques membres de l'ONG, à bord de canots pneumatiques, avaient tenté d'atteindre la plateforme pour y installer une bannière dénonçant les risques environnementaux.

Isabelle Labeyrie revient sur l'arraisonnement de l'Arctic Sunrise

Les 28 membres de l'équipage du navire de Greenpeace devraient pouvoir quitter prochainement la Russie. Moscou l'a confirmé. En attendant leur départ, les militants de Greenpeace sont dehors, mais pas forcement libres.

Parmi ces militants il y a un français : Francesco Pisanu. 38 ans, marin salarié sur les bateaux Greenpeace depuis plusieurs années.

Marc Crépin a rencontré Francesco Pisanu à Saint Péterbourg. Il lui a raconté sa détention à Saint Petersbourg et à Mourmansk

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.