Un énorme incendie a ravagé mercredi au petit matin le plus grand camp de réfugiés de Grèce, qui abrite plus de 12.000 migrants sur l'île de Lesbos. Voici les photos de ce qui s'annonce comme une crise humanitaire sans précédent pour l'île.

L'incendie du camp de Lesbos a contraint les demandeurs d'asile à fuir
L'incendie du camp de Lesbos a contraint les demandeurs d'asile à fuir © AFP / MANOLIS LAGOUTARIS

Pendant  plusieurs heures, les différents foyers d'incendie ont encerclé le centre de réception du camp. Ils se  sont multipliés et sous l'effet du vent, l'incendie s'est rapidement étendu.

Le camp de Moria en proie aux flammes sur l'île de Lesbos
Le camp de Moria en proie aux flammes sur l'île de Lesbos © Radio France / Thanos Psarianos

Des milliers d'hommes, femmes et enfants sont sortis paniqués dans la nuit de mardi à mercredi des tentes et des conteneurs, certains se réfugiant dans les champs d'oliviers environnants.

Les réfugiés ont dû se mettre à l'abri des flammes à l'extérieur du camp
Les réfugiés ont dû se mettre à l'abri des flammes à l'extérieur du camp © AFP / MANOLIS LAGOUTARIS

Selon le site d'information locale Lesvospost, plus de 3.000 tentes, des milliers de conteneurs, des bureaux de l'administration et une clinique au sein du camp ont été brûlés. 

Selon les pompiers, le camp a été presque entièrement détruit. Ils précisent que pour l'instant "il n'y a pas de victimes, mais quelques blessés légers avec des problèmes respiratoires dus à la fumée".

Outre une partie principale du camp abritant près de 4.000 personnes et les locaux administratifs, le camp de Moria s'étend dans les oliveraies avoisinantes, où habitaient près de 8.000 personnes
Outre une partie principale du camp abritant près de 4.000 personnes et les locaux administratifs, le camp de Moria s'étend dans les oliveraies avoisinantes, où habitaient près de 8.000 personnes © AFP / ANGELOS TZORTZINIS

Plusieurs heures après l'incendie, une fumée noire continuait à s'élever du camp, qui hébergeait quelque 12.700 demandeurs d'asile, quatre fois sa capacité d'accueil.  Des dizaines de personnes erraient parmi les conteneurs calcinés, certaines retirant des affaires, d'autres prenant des photos à l'aide de leurs téléphones portables.

Réfugiés du camp de Lesbos après l'incendie
Réfugiés du camp de Lesbos après l'incendie © AFP / ANTHI PAZIANOU

Des demandeurs d'asile ont fui le camp à pied en direction du port de Mytilène mais sont bloqués par les véhicules des forces de l'ordre. En fin de journée, 500 d'entre eux étaient ainsi sur la route, et et d'autres se sont abrités dans les collines environnant le camp. Stand by Me Lesvos, une association regroupant locaux et réfugiés, rapporte de son côté certains témoignages selon lesquels "des locaux bloquent le passage (des réfugiés) dans le village voisin".   

Selon les pompiers, des demandeurs d'asile fuient le camp à pied et espèrent rejoindre le port de Mytilène
Selon les pompiers, des demandeurs d'asile fuient le camp à pied et espèrent rejoindre le port de Mytilène © AFP / MANOLIS LAGOUTARIS

L'incendie aurait été déclenché par des migrants qui se sont rebellés contre des mesures d'isolation destinées à empêcher la propagation du coronavirus dans le camp.  

Le camp de Lesbos après l'incendie
Le camp de Lesbos après l'incendie © AFP / MANOLIS LAGOUTARIS

Après la réalisation de 2.000 tests de dépistage, 35 personnes ont été détectées positives au Covid-19 à Moria et mises à l'isolement.  Avec l'incendie, "tout le monde s'est dispersé et les cas positifs se sont mélangés aux autres désormais", s'inquiète mercredi matin une source policière à Lesbos.

120000 personnes ont fuit les tentes et les abris du camp de Lesbos
120000 personnes ont fuit les tentes et les abris du camp de Lesbos © AFP / ANGELOS TZORTZINIS

Lesbos est la principale entrée des migrants en Grèce en face de la Turquie voisine. Avec cet incendie, elle est plongée dans une crise sans précédent. 

Les migrans se sont retrouvés sans abri
Les migrans se sont retrouvés sans abri © AFP / MANOLIS LAGOUTARIS

L'Allemagne, qui assure la présidence tournante de l'Union européenne, a demandé aux pays de l'UE d'accueillir des migrants du camp. La Commission européenne a annoncé qu'elle prenait en charge le transfert immédiat vers la Grèce continentale de 400 enfants et adolescents. "La France ne s'est jamais dérobée face à ses responsabilités" et "est comme toujours prête à prendre sa part dans la solidarité", a indiqué le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal. Le secrétaire d'État français aux Affaires européennes, Clément Beaune, a échangé avec son homologue grec et lui a demandé d'"exprimer de manière claire les besoins présentés par les autorités grecques".