Négociations sur le nucléaire iranien
Négociations sur le nucléaire iranien © GEORG HOCHMUTH/EPA/MAXPPP / GEORG HOCHMUTH/EPA/MAXPPP

Les pourparlers sur le nucléaire iranien sont prolongés jusqu'au 10 juillet et des "progrès substantiels" ont été enregistrés lors des discussions, a déclaré mardi Marie Harf, porte-parole de la délégation américaine.

Nous avons fait des progrès substantiels dans chaque domaine mais le travail est extrêmement technique et les enjeux sont très importants pour tous les pays impliqués. Honnêtement, nous sommes davantage préoccupés par la qualité de l'accord que par le calendrier, même si nous savons que les décisions difficiles ne vont pas devenir plus faciles avec le temps. C'est pourquoi nous continuons de négocier.

C'est la quatrième fois que les négociateurs prolongent l'accord intérimaire qui a fixé le cap des pourparlers en novembre 2013 et conduit à une levée partielle des sanctions contre l'Iran. Les négociateurs avaient déjà repoussé au 7 juillet la date butoir initialement fixée au 30 juin.

Les points qu'ils restent à éclaircir

Les discussions en cours visent à régler définitivement le contentieux nucléaire iranien, qui dure depuis 2003, en encadrant et limitant les activités nucléaires de la République islamique en échange d'une levée des sanctions imposées à Téhéran.

Outre la question politique délicate de la levée des sanctions imposées à l'Iran, et de son calendrier, les discussions achoppent encore sur des points techniques, principalement les mécanismes de contrôle qui permettraient aux grandes puissances que Téhéran ne cherche pas à se doter de l'arme atomique.

Téhéran réclame que la levée des sanctions internationales soit concomitante à la signature d'un accord définitif, ce à quoi s'oppose notamment le Congrès américain, dominé par les républicains hostiles à la politique d'ouverture de Barack Obama envers l'Iran.

Les négociations sur le nucléaire iranien
Les négociations sur le nucléaire iranien © Radio France
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.